UN DIMANCHE = UNE DECOUVERTE

Pour animer davantage ce blog-découverte, j'ai décidé de publier depuis début 2016, chaque dimanche ou presque (parfois mon planning chargé m'en empêche!), un petit article qui vous présentera un objet, une oeuvre, un lieu, un événement... bref chaque dimanche sa petite découverte !

Elles sont toutes référencées ici, comme ça si vous loupez un dimanche, c'est très simple de retrouver l'article que vous avez manqué !

N°1 : Le piano de Marie Recio
N°2 : La maquette de la Bastille
N°3 : Les coffins
N°4 : Les moutons de The Sheepest
N°5 : Les intérieurs de l'Hôtel de Préfecture de l'Isère
N°6 : L'anneau de vitesse de Grenoble
N°7 : Une bible : le site internet hberlioz.com
N°8 : Le grand mémorial virtuel - Première Guerre Mondiale
N°9 : Le Monument aux morts de La Côte Saint André
N°10 : La Foire des Rameaux de Grenoble

N°11 : La Tour de l'Isle à Grenoble
N°12 : Le Musée d'Art Sacré Contemporain Saint-Hugues-de-Chartreuse
N°13 : 5 Avril 1891 - Fin de carrière pour la dompteuse de lion de la Foire des Rameaux de Grenoble
N°14 : 9 Avril 1860 - Léon Scott de Martinville réalise le tout premier enregistrement sonore
N°15 : La vengeance sanglante d'Hector Berlioz après la trahison de sa 1ère fiancée...
N°16 : Lettre d'un Juif réfugié à Grenoble sous l'occupation italienne
N°17 : Légende de la vieille femme tuant un ours (oeuvre Inuit)
N°18 : La Fresque Végétale Lumière, à Lyon
N°19 : La Marche de Rákóczy ou Marche Hongroise, de Berlioz
N°20 : NUMEMORIS, la banque d'images anciennes du Pays Voironnais

N°21 : Le Musée Miniature et Cinéma, à Lyon
N°22 : Notre Dame de Vouise, à Voiron
N°23 : La Maison des Canuts, à Lyon
N°24 : Le cadran solaire de la Pérollerie, à Rives
N°25 : Berlioz caricaturé, après l'échec de son premier opéra Benvenuto Cellini
N°26 : Le Grand Séchoir - Maison du Pays de la Noix, à Vinay
N°27 : Le Musée Archéologique du Lac de Paladru, à Charavines
N°28 : Le 111 - Art en Vrac, à Le Pin
N°29 : Balade en bords de Fure, à Rives
N°30 : Le film "Grenoble-Alpes", par l'Empreinte photographique

N°31 : Le Château du Passage
N°32 : La Mairie de Tullins
N°33 : La Maquette du Monastère de la Grande Chartreuse
N°34 : Alpes Is(H)ere, la nouvelle marque territoriale du Département de l'Isère
N°35 : Hector Berlioz et sa grande déclaration d'amour à Estelle Fornier
N°36 : Estelle met un "râteau" à Hector Berlioz
N°37 : L'apothicairerie de l'Hôtel Dieu de Bourg en Bresse
N°38 : Le stade olympique, à Grenoble
N°39 : Le viaduc du Pont du Boeuf, à Rives
N°40 : Le 5 Juin 1897 : La Catastrophe de Voiron

N°41 : L'atelier de soierie, à Lyon
N°42 : Les Jardins Secrets à Vaulx, en Haute Savoie
N°43 : Les maquettes du Château de La Tour du Pin
N°44 : Le Temple (dit) de Diane, à Aix-les-Bains
N°45 : AVIPAR, Association de Valorisation et d'Illustration du PAtrimoine Régional
N°46 : Le GREEN CHAUD, incontournable boisson des hivers dauphinois !
N°47 : Les cascades de Seldjalandsfoss et Gljùfrafui, en Islande
N°48 : La côte sauvage de Quiberon, en Bretagne
N°49 : Lugdunum, musée et théâtres romains de Lyon
N°50 : Le char processionnel de La Côte Saint André

N°51 : Sigiriya, ou le Rocher du Lion, au Sri Lanka
N°52 : Le château de Commarqe, en Dordogne
N°53 : Le Casino Grand Cercle, à Aix-les-Bains
N°54 : L'Antésite, à Voiron
N°55 : Le Parc National du Djoudj, 3e réserve ornithologique du monde, au Sénégal 
N°56 : Les catacombes de Paris
N°57 : Les clous des remparts romains de Cularo, à Grenoble

 

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

1 DIMANCHE = 1 DECOUVERTE : Les clous des remparts romains de Cularo (GRENOBLE)

Aujourd'hui j'aurais dû vous guider à Grenoble, mais, 41e jour du confinement oblige, je suis, tout comme vous, coincé chez moi.
Alors pour le billet-découverte de ce soir, nouvelle évasion virtuelle, à Grenoble donc, pour (re)découvrir un étrange petit "clou" doré que l'on aperçoit ici et là au sol, quand on parcourt à pied le centre ancien... 

Grenoble - Clou rempart Cularo IIIème siècle

CULARO, c'est le premier nom de Grenoble, celui que lui ont donné ses fondateurs Gaulois, la tribu des Allobroges, qui régnaient sur toute la région, avant la conquête romaine du quart sud-est de la Gaule au IIème siècle avant J.C. 

A cette époque là, Cularo n'est qu'un simple vicus, un petit village ouvert, faisant partie de la Cité de Vienne, nom donné à l'ancienne province des Allobroges, dépendant de la ville de Vienna.

Grenoble - Cularo dans la Cité de Vienne
(Conservation du Patrimoine de l'Isère)


Mais au IIIème siècle, les choses changent pour la petite bourgade gallo-romaine : elle devient chef-lieu de Cité ! En effet, l'Empereur Dioclétien réforme son empire, et les découpages territoriaux changent, pour notamment faire face aux attaques barbares de plus en plus nombreuses. Ainsi, la Cité de Vienne est découpée en 3 Cités plus petites : celle de Vienne, réduite de 2/3, celle de Genava, au Nord-Est, et celle de Cularo, entre les deux !

C'est à cette occasion que les Romains dotèrent Cularo d'un grand rempart, à la fois pour marquer ce changement de statut, et pour protéger la ville bien sûr ! Une petite maquette permet de le visualiser au Musée de l'Ancien Evêché, dans la salle souterraine qui permet justement de voir des vestiges de ce rempart, ainsi que ceux du baptistère.

Grenoble - Maquette des remparts romains de Cularo

Malgré son importance (près d'une quarantaine de tours sur plus de 1000 mètres de longueur), une très grande partie de ce rempart romain a disparu aujourd'hui. Sur cette carte, présentée également au Musée de l'Ancien Evêché, on peut localiser précisément les quelques éléments qui témoignent encore, en ville, de la présence de ce rempart :

Grenoble - Carte des vestiges du rempart romain de Cularo

Comme vous pouvez le constater, rares sont les morceaux de remparts conservés (en noir) ! Les éléments les plus importants sont les fondations observables au Musée de l'Ancien Evêché que j'évoquais précédemment, et, en surface, un bout de tour et de mur récemment restaurés au sud, Rue Lafayette (N°6, derrière le grand immeuble blanc faisant face à l'Office de Tourisme).

Grenoble - Vestiges rempart romain Cularo Rue Lafayette

On peut également apercevoir quelques élements du côté du Jardin de Ville (N°5, sous la treille de Stendhal et dans l'immeuble à côté), ainsi qu'à la base de la tour de l'ancien Hôtel de Ville un peu plus loin... 

Partout ailleurs où le rempart a malheureusement disparu, la Ville a fait installer des espèces de "clous" dorés, au sol, pour montrer l'emplacement de celui-ci et donc, les limites de Cularo, peut être les avez-vous déjà croisés, même s'ils ont la facheuse tendance à disparaître au fil des travaux de voierie...

Grenoble - Clou rempart Cularo


Peut être aussi que les plus observateurs d'entre vous auront remarqué qu'il y a une plus ancienne version de ces "clous", ils sont moins jolis mais surtout plus discrets, et formaient deux lignes parallèles, pour vraiment visualiser l'emprise au sol du rempart qui avait une largeur d'environ 4m... ces clous-là, à ma connaissance, ne se retrouvent plus que devant la Halle Sainte-Claire, où ils cohabitent avec la version plus récente :

Grenoble - Ancien clou rempart romain de Cularo

Si vous venez me suivre en visite à Grenoble, je vous les montrerai... et je vous en raconterai bien plus sur l'histoire de la ville ! ;-)

Mais après le confinement, bien sûr ! Et surtout en fonction des mesures gouvernementales qui seront prises pour le déconfinement, et qui m'autoriseront, ou non, à vous guider...

Voici les dates que j'avais initialement prévues pour vous faire découvrir le coeur historique de Grenoble en 2020 : 


     - Dimanche 26 Avril 2020, à 10h
     - Samedi 30 Mai 2020, à 10h
     - Dimanche 21 Juin 2020, à 10h
     - Samedi 26 Septembre 2020, à 10h
     - Samedi 17 Octobre 2020, à 10h

Visites qu'il sera possible de coupler avec des visites Street-Art l'après midi des mêmes jours, à 15h.

Enfin, si elles peuvent avoir lieu... croisons les doigts ! :)


 

Votre guide de poche, Steve

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

1 DIMANCHE = 1 DECOUVERTE : Le Jardin Rosa Mir (LYON)


Jardin Rosa Mir

Avec l'arrivée du printemps, les jardins se réveillent... y compris en ville !
Celui que je vous propose de (re)découvrir ce soir se trouve à Lyon, c'est un lieu insolite de la Croix Rousse, qui aurait dû réouvrir ses portes en ce mois d'avril, mais le Covid-19 étant passé par là, il faudra patienter un peu... alors en attendant, suivez moi pour une visite virtuelle !

Jardin Rosa Mir

Jardin Rosa Mir Jardin Rosa MirJardin Rosa Mir

Ce jardin surprenant a été créé par Jules Senis (1913-1983), réfugié de la guerre d'Espagne, et artisan maçon-carreleur. Durant les 20 dernières années de sa vie, il a voulu créer un jardin "extraordinaire", dédié à sa mère Rosa Mir Mercader, ainsi qu'à la Vierge Marie.

Jardin Rosa Mir - La chapelle dédiée à la Vierge Marie

Jardin Rosa Mir - L'autel de la Vierge Marie

Jardin Rosa Mir - Chapelle Vierge Marie Jardin Rosa Mir - Une des allées partant de la chapelle

 

Jardin Rosa Mir - Drôle d'architecture

Cailloux, coquillages et végétation se mêlent pour crééer structures et motifs originaux, vous transportant dans l'univers de l'artiste et, l'espace d'un instant, on oublie totalement qu'on est en plein Lyon !

Jardin Rosa Mir - Cailloux et coquillages

Jardin Rosa Mir - Des motifs originaux

Jardin Rosa Mir - De drôles de structures Jardin Rosa Mir - Empilement de cailloux

Jardin Rosa Mir - Corniche de coquillages

En ressortant, n'oubliez pas de prendre le petit escalier, il mène à une petite plateforme qui permet de voir de haut ce jardin insolite, on voit bien ainsi qu'il n'occupe que le petit espace d'une simple cour intérieure de la Croix Rousse ! Et pourtant, ces quelques mètres carrés concentrent vingt ans de création et de travail !

Jardin Rosa Mir - Vue d'en haut

Jardin Rosa Mir - Vue d'en haut

Jardin Rosa Mir - Vue d'en haut

La taille du jardin conditionne les visites à un maximum de 15 personnes simultanément, ce qui évidemment engendre un peu d'attente... mais cela vaut le coup ! Je n'avais pu faire qu'une visite très rapide en 2018, mais nul doute que j'y reviendrai pour une observation plus approfondie de tous ces décors, qui ont su séduire mes clients tout autant que moi ! 

INFORMATIONS PRATIQUES : 

L'entrée est gratuite, et le jardin est ouvert d'avril à octobre, tous les samedis de 14h à 17h30 ! Evidemment cette année il faudra patienter un peu pour la réouverture...


La ville propose aussi une visite virtuelle en attendant : CLIQUEZ ICI !

C'est
l'Association des amis du Jardin de Rosa Mir, créée du vivant de Jules Senis, qui veille à la sauvegarde de ce lieu magique, situé au 87 Grande Rue de la Croix Rousse :

 

Ayant adoré ce lieu, je me suis dit qu'il ferait un beau billet-découverte... j'espère donc que cette visite virtuelle originale vous aura plu ! 

A très vite pour d'autres découvertes !


Votre guide de poche, Steve.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

1 DIMANCHE = 1 DECOUVERTE : Le Château du Passage (Isère)

Chateau du passage facade



Pour ce billet découverte, je ne vais pas très loin, puisqu'il s'agit de mon "village d'adoption" : Le Passage.

Dans ce village, où l'on dit qu'Hannibal et ses éléphants passèrent en allant à Rome il y a environ 1800 ans, se trouve un château que je me suis empressé de visiter à mon arrivée et pour cause : étant habité toute l'année, il n'ouvre ses portes au public que l'été, et lors des Journées Européennes du Patrimoine (JEP)... mais un guide n'est jamais disponible pour faire le touriste durant les JEP, j'ai donc réussi tant bien que mal à participer à l'une des toutes dernières visites de l'été 2016 !

Le Passage - Château (carte postale)

J'ai ainsi eu le privilège de découvrir les lieux en compagnie de la propriétaire du château, Isabelle de Saint Romain.

Chateau du passage hallL'occasion de revenir sur l'histoire du Château bien sûr, une demeure qui trouve ses origines dans une première maison forte construite par la famille de Clermont au XIVème siècle. Plusieurs autres familles se succèderont à la tête du château, notamment celle de Poisieu et les Gallien de Châbons, qui lui donnèrent sans doute ses dispositions générales actuelles.

Après la Révolution, en 1818, le Général Quiot (baron d'Empire s'il vous plait!), le modernise, lui offrant notamment la grisaille en trompe l'oeil représentant des emblèmes militaires de différentes époques accueillant les visiteurs dans le Hall d'entrée.

Revendu aux enchères par ses filles, le château devient la propriété de Marie Joséphine Piégay, veuve d'un soyeux lyonnais. C'est aujourd'hui Thierry de Saint Romain, son arrière arrière petit fils, qui gère le château avec son épouse Isabelle, qui me fit découvrir le château.


Après le Hall d'accueil, la visite se poursuit dans la salle du billard, qui, outre son magnifique et imposant billard (à peine 620 kgs...!), peut accueillir sur 110m2 une centaine de convives, si vous cherchez une salle de réception ! ;-)

Chateau du passage interieurs


Dans l'aile sud du château ensuite, 3 plus petites pièces se succèdent.

Chateau du passage salons de receptionChateau du passage enfilade

Un premier salon, décoré de miroirs (un seul authentique, mais difficile de déceler
 les "copies" faites maison tellement elles sont réussies!), de boiseries, et autres chinoiseries.

Chateau du passage petit salon au lustre de cristal


On y trouve également des cordons qui permettaient d'actionner des cloches dans une autre pièce du château, pour annoncer l'arrivée d'invités, ou peut être appeler les domestiques... ?

A ne pas manquer également, un magnifique lustre de cristal... !

Chateau du passage lustre


Une chambre d'honneur, et un second petit salon se présentent ensuite, dont les parquets ont été entièrement restaurés par la famille... de longues heures de travail à n'en point douter ! La musique est toujours à l'honneur avec un second piano, dont on a pu entendre quelques notes lors de la visite proposée aux bénévoles du Passage Music Festival, le vendredi 20 juillet 2018, une belle consolation après l'annulation de la 1ère soirée musicale à cause de l'orage !

Chateau du passage

Un petit tour par l'extérieur permet d'accéder à une petite chapelle ainsi qu'à la cour intérieure (le château est organisé en U), qui, sous chapiteau, peut là aussi accueillir du monde : 300 personnes environ ! On était là aussi bien content de s'y réfugier lors de la première soirée orageuse du Passage Music Festival 2018 !

Chateau du passage vue arriere


Retour à l'intérieur pour terminer la visite dans une dernière pièce aux belles tommettes rouges, qui fut autrefois la cuisine du temps du Général Quiot, et qui aujourd'hui est devenue la salle à manger de la famille de Saint Romain, qui vit toute l'année dans ce château qu'elle entretient et anime, entre chantiers de restauration et visites guidées estivales !


Les propriétaires vous accueillent eux-mêmes de mi Juillet à fin Aout, sur rendez-vous au 06 60 09 24 45


Ils vous accueillent également lors des Journées Européennes du Patrimoine, le programme 2020 n'est pas encore en ligne mais à titre indicatif voilà ce qui était proposé en 2018 :  

 

Visites Historiques
Samedi 16 Septembre 2018 de 10h à 12h et de 14h à 18h30.
Dimanche 17 Septembre 2018 de 10h à 12h puis de 14h à 18h.
Tarifs : Adultes 6€
Gratuit pour les moins de 10 ans.

Visites Insolites Nocturnes (toiture)
Samedi 16 Septembre 2018 à 20h, 20h45 et 21h30
SUR RESERVATION : 06 60 09 24 45
Tarif : 10€ - 7€ moins de 12ans.

Et pour ceux qui souhaiteraient profiter des lieux pour organiser une réception de mariage ou autre, je vous invite à consulter le site internet du château pour découvrir les prestations que les propriétaires peuvent vous proposer (possibilité pour une partie des convives de dormir sur place etc...), et prendre contact avec eux pour organiser votre événement !

Chateau du passage grande salle de reception

Chateau du passage cave pour reception


Avis aux amateurs, il est également possible, pour les groupes, de réserver une visite guidée des lieux ! 


Voilà je crois que je n'ai rien oublié... alors à bientôt, pour de nouvelles découvertes ! ;-)

PS : Les photos dans le château étant interdites pour des raisons de "sécurité", celles postées dans cet article sont essentiellement celles partagées par les propriétaires sur leur page facebook !

Chateau du passage nuit

Le passage chateau 2


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

1 DIMANCHE = 1 DECOUVERTE : L'Antésite, la meilleure façon de boire de l'eau !

En ces temps de "Coronavirus", ce soir, un billet-découverte 100% bon pour la santé, 100% local, dédié à une spécialité voironnaise bien connue : l'Antésite !

Antésite - Réglisse et arôme naturel d'anis

Cette boisson à base de concentré de réglisse est centenaire, puisqu'elle a été inventée en 1898 par Noël Perrot Berton, alors apothicaire à Voiron.

A cette époque-là, l'eau n'a pas toujours très bon goût (tuyauteries en plomb, difficultés d'assainissement...), on a donc pris l'habitude, notamment dans le monde ouvrier, de l'aromatiser avec un peu de vin, ce qui n'est pas sans conséquence sur la santé publique : l'alcoolisme fait alors des ravages.

Pour lutter contre ce fléau, notre apothicaire voironnais va élaborer une nouvelle boisson, et, en fin connaisseur des plantes et de leurs vertus, il va choisir la réglisse, et plus particulièrement, ses racines (le rhizome). Connue depuis l'Antiquité pour ses vertus antiseptiques, la réglisse a surtout une capacité extraordinaire à désaltérer, tout en ayant un goût naturellement sucré (souvenez-vous des bâtons de réglisse à mâcher...!) : c'est ce qui intéresse Noël Perrot Berton ! Il va donc, à partir du rhizome de la réglisse, produire un extrait de réglisse, un liquide noir très épais (ressemblant à du chocolat fondu), qu'il va diluer et aromatiser à l'anis, pour affiner son goût et en faire une boisson plaisir : l'Antésite ! 

Antésite - Ancienne affiche publicitaire bleue Antésite - Ancienne affiche publicitaire

Pourquoi ce nom ?
Cela viendrait de deux mots latins : "anti" = contre, "sitis" = soif, littéralement, "contre la soif" !

Rapidement, cette nouvelle boisson "anti-soif" va rencontrer un grand succès, devenant une boisson familiale, pour son côté désaltérant bien sûr, mais aussi parce qu'elle est très économique : il ne faut effectivement que quelques gouttes de concentré pour un verre, un petit flacon permettant ainsi de faire 35 à 40 litres de boisson !

Antesite - Ancienne affiche publicitaire  Antesite - Ancienne affiche publicitaire  


D'une production artisanale, Noël Perrot Berton passe à une production industrielle, avec la création en 1914 de l'usine sur le site de la Ratz, qu'elle occupe toujours aujourd'hui (à la sortie de Voiron, en direction de Coublevie). Le choix de ce site n'est pas anodin, puisqu'il dispose d'une source d'eau, élément essentiel pour l'extraction de la réglisse !

Antesite - Vue générale de l'usine Antésite en 1930 (Numémoris)

Au fil des décennies, grâce à un ingénieux marketing, l'entreprise a su fidéliser ses consommateurs, et en séduire de nouveaux, en proposant régulièrement de nouveaux parfums : le concentré de réglisse initial est le même, mais à la place de l'arôme d'anis, sont proposés dès 1920 la menthe, l'orange et le citron. Puis en 1976 le cola, en 1998 le thé, et en 2010 pamplemousse rose-citron, pomme-canelle et eucalyptus-pin.

Gamme Antésite

Grâce au rachat de la société Noirot en 1990, basée à Nancy et spécialisée depuis 1890 dans l'extraction des arômes de plantes, Antésite a pu diversifier ses activités, et créer de nouvelles gammes de produits :
- THESITE, des concentrés de thé aromatisés (menthe, pêche, framboise)
- FRUISITE, des concentrés de fruits (pamplemousse-agrumes, framboise-grenade, fraise-banane)
Si ces boissons ne sont plus à base de réglisse, elles respectent les valeurs fondatrices de l'Antésite originelle : des boissons sans alcool 100% naturelles, à base de concentrés, sans sucre ajouté, et très économiques... !

Les 120 ans de savoir-faire de la maison "Antésite-Noirot" dans l'extraction des arômes des plantes et des fruits, sont également mis à profit depuis 2011 dans la production de vins aromatisés, qui dès leur lancement, ont rencontré un vif succès...

Noirot - Vins aromatisés

Et l'aventure Antésite ne s'arrête pas là ! 
En 2018 sont nés de nouveaux produits, avec notamment l'arrivée en mars des sirops classiques (menthe, citron, grenadine, pêche et fraise), puis en mai des "P'tits fruisites", gourdes de 20cl de boisson à base de concentré de fruits bio sans sucre ajouté (fraise-framboise, pomme-banane, tropical et multrifruits).
Malgré ses 120 ans, la petite bouteille de concentré de réglisse, et toutes ses petites soeurs, ont donc encore un bel avenir devant elles...!


 

LES SECRETS D'ANTESITE - UN MUSEE POUR ANTESITE :

Certains d'entre-vous l'ont peut être connu : en 2004, la société Antésite décidait d'ouvrir ses portes à la visite, avec la création d'un musée dans ses murs, "Les Secrets d'Antésite". Celui-ci nous faisait revivre toute l'histoire de la célèbre boisson, l'évolution des flacons, le marketing... et nous faisait découvrir le procédé de fabrication. Une dégustation des produits permettait de (re)découvrir l'authentique Antésite, ainsi que les nouveautés... Permettait, car, oui, malheureusement, ce musée a fermé ses portes, en 2009 je crois. Et c'est bien dommage car c'était un beau petit musée apprécié des groupes, toujours intéréssés par les savoir-faire locaux... il était d'ailleurs très complémentaire des Caves de la Chartreuse, situées à deux pas !

Antesite - Les secrets d'Antésite

Petite confidence d'un guide pas très doué...

Le saviez vous ? C'est aux Secrets d'Antésite que votre guide de poche a effectué sa TOUTE PREMIERE VISITE, c'était il y a tout juste 12 ans, à quelques jours près ! Alors en BTS Tourisme au Lycée Lesdiguières de Grenoble, je devais effectuer plusieurs stages, et, n'étant pas majeur et donc sans permis à l'époque, c'est aux Secrets d'Antésite à Voiron que je fis le premier, durant les vacances de février 2008.

Après plusieurs jours d'observation auprès d'Emmanuelle (coucou si tu passes par là !), il est temps de me lancer pour ma première visite... et là, CATASTROPHE ! Outre ma grande timidité face au public à l'époque, il a fallu que j'ai la mauvaise idée d'apprendre par coeur ma visite... grossière erreur de débutant ! Ne réussissant pas à me rappeler le nom de la racine de la réglisse (le RHIZOME !), je suis incapable d'aller plus loin, malgré les encouragements des visiteurs... cette première visite s'arrêtera donc là, grosso modo 5 minutes après avoir commencé ! NON je vous interdis de rire... bon si vous pouvez, quand j'y repense quand même... !

Autant vous dire qu'à cette époque-là, cette première expérience de guidage ne m'inspira guère pour ce métier, et si l'on m'avait dit alors que 12 ans plus tard, jour pour jour ou presque, je serais guide à plein temps... et à mon compte qui plus est, je ne l'aurais pas cru !
Comme quoi tout est possible... et qui sait, un jour peut être, dans le cadre de mes visites en Pays d'Art et d'Histoire du Pays Voironnais, qui abordent régulièrement le patrimoine industriel et savoir-faire locaux, j'aurai l'occasion à nouveau de guider sur ce site !

D'ailleurs si les propriétaires passent par là et sont intéressés pour (re)développer d'éventuelles visites, mêmes ponctuelles, qu'ils me fassent signe... il y a de beaux circuits touristiques à monter en Pays Voironnais et je serai ravi d'y inclure Antésite ! ;-)

D'ici là chers lecteurs, je vous donne rendez-vous dès demain pour commencer à vous révéler ma programmation 2020 ! 
Vu les circonstances actuelles, les mesures prises contre le coronavirus m'interdisant de travailler, je vais avoir le temps de mettre à jour mon site internet... !

Portez vous bien !

 

 

Steve, votre guide de poche !

Antesite - Ancienne affiche publicitaire 'Antésite sans alcool'

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

1 DIMANCHE = 1 DECOUVERTE : Le site internet hberlioz.com

 

Le billet découverte de ce dimanche sera rapide, un petit clin d'oeil à Hector Berlioz, disparu il y a 151 ans, jour pour jour , le 8 Mars 1859 !

Du coup je me suis dit que c'était l'occasion de partager avec vous un site à ne pas manquer lorsqu'on s'intéresse à ce grand compositeur : hberlioz.com

 

Site hberlioz


Créé et tenu depuis 1997 par un duo de passionnés, Michel Austin et Monir Tayeb, par ailleurs mécènes du Musée Hector Berlioz, ce site est une véritable Bible ! 
Vous y trouverez une multitude de renseignements sur la vie de l'artiste, sur ses oeuvres, ses écrits, sa famille, ses amis, ses contemporains... 
Plus qu'un site internet patrimonial, c'est un véritable recueil vivant de tout ce qui attrait à l'artiste, mis à jour très régulièrement, chaque semaine, au fil des découvertes, des transcriptions de lettres ou autres écrits effectués par les créateurs du site.


Un portail incontournable sur lequel je me rends évidemment très souvent pour enrichir mes visites et conférences, et je remercie encore ici Michel et Monir de me permettre d'utiliser régulièrement quelques-unes de leurs illustrations. Le petit plus ? Le site est bilingue, assurant ainsi le rayonnement de l'oeuvre d'Hector Berlioz au delà des frontières françaises... comme autrefois !

Bonne visite sur le site et, à dimanche prochain pour un nouveau billet-découverte, et RDV le Dimanche 5 Avril 2020, à 15h30, pour la prochaine visite guidée gratuite du Musée Hector Berlioz ! ;-)


Votre guide de poche, Steve

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~