Patrimoine - L'art sous toutes ses formes (objets/oeuvres...)

Vous retrouvez-ici tous mes articles qui vous présentent une oeuvre, ou vous parle de l'art, quel qu'il soit : peinture, musique, photographie, mobilier... tout sera ici ! 

1 DIMANCHE = 1 DECOUVERTE : La mosaïque du Dieu Océan, à VIENNE (Isère)


Vienne - Mosaïque du dieu Océan - Détail visage

Après avoir visité Madère la semaine dernière, retour en France ce dimanche pour un nouveau billet-découverte qui va, lui, nous faire voyager... dans le temps ! Plus exactement, nous allons replonger dans l'antiquité romaine, en nous intéressant d'un peu plus près à un petit trésor patrimonial exposé pour encore quelques jours à Vienne : la mosaïque du Dieu Océan !

 

Vienne - Mosaïque du Dieu Océan vue de la gauche

Vienne - Mosaïque du Dieu Océan vue de la droite

Une histoire mouvementée : 
Découverte, renfouie, redécouverte, sol de couloir... le Dieu Océan en a pris "plein la tête" ! 

C'est en 1845 que cette mosaïque de près de 7 mètres de long fut mise au jour, au N°70 Rue du 11 Novembre, à Vienne. Mais à peine trouvée qu'elle fut vite renfouie, pour une vingtaine d'années supplémentaires. Elle sera redécouverte en 1867, lorsque M. Jouffray, le propriétaire des lieux, décide d'y faire construire un atelier de forge. Conscient sans doute de la valeur d'une telle découverte, il décide de conserver la mosaïque : après restauration, il l'installe... dans un couloir de la maison qu'il vient de faire construire un peu plus loin ! 

Vienne - Photo de la mosaïque du Dieu Océan dans le couloir de la maison de M. Jouffray

Conservée dans ce couloir pendant plus d'un siècle, la mosaïque est à nouveau déposée en 1974, découpée en 15 morceaux... et disparait !

Jusqu'en Juillet 2017, où elle réapparait comme par miracle, lors d'une vente publique... à Monte Carlo ! La Ville de Vienne s'est alors empressée d'en faire l'acquisition : les 391 840€ nécéssaires ont pu être réunis grâce à un financement complété par le Département de l'Isère (5%), la Région Rhône Alpes (40%) et l'Etat (40%).


Vienne - Mosaïque du Dieu Océan

Une grande villa urbaine romaine de 2000 m2

Le site où a été retrouvée la mosaïque en 1867, a pu être fouillé à deux reprises, avec une première campagne de fouilles en 1977-1978, et une seconde en 1984-1986.

Il apparait alors que l'on avait à cet emplacement une villa romaine de 2000m2, construite vers - 40 av JC : elle comprenait, comme le montre le plan ci-dessous, plusieurs pièces de réception (dont un salon chauffé) de très bonne taille, laissant penser que le propriétaire devait recevoir une clientèle nombreuse. Ces pièces sont complétées par deux jardins, des thermes, et des espaces de circulation. La demeure possédait sans doute un étage pour les parties privées. 

La "domus" fut réaménagée au IIème siècle, sans changer véritablement de plan. En revanche certains sols furent changés et ce serait à cette occasion là que la mosaïque du Dieu Océan aurait été installée dans la galerie ouest du jardin à péristyle (= colonnade). Les vestiges conservés (signalés en rouges ci-dessous) ne sont en fait que le panneau central d'une composition plus large, deux panneaux géométriques le complétant. Chacun de ces trois panneaux marquaient le seuil d'une pièce.

 

Vienne - Plan de la Maison de l'Atrium

D'autres éléments de mosaïque appartenant à cette maison ont été découverts, et sont conservés/présentés dans les Musées de Vienne et Saint-Romain en Gal, témoignant de la richesse du propriétaire de cette villa.
 

Qui était Océan ?

Dans la mythologie grecque, Océan est l'ainé des Titans, qui sont eux-mêmes les enfants d'Ouranos, le dieu du Ciel, et de Gaïa, la terre. Parmi ces divinités originelles, Océan personnifie le fleuve qui cerne le monde connu, et c'est le père de toutes les eaux : mers, fleuves, rivières...

S'il est possible de le retrouver sur quelques pièces de monnaies, c'est surtout les mosaïstes qui vont en faire le sujet de leurs oeuvres, entre le IIe et le IVème siècle, notamment du côté de l'Afrique du Nord. On le retrouve également sur des pavements en Espagne, au Portugal, en Italie... et donc en France !

En général c'est plutôt sous la simple forme d'un masque isolé qu'il est représenté, avec un visage qui s'accompagne de cheveux hirsutes et d'une barbe abondante (les algues marines ?), des pinces et des antennes de crustacés... ce qu'on retrouve bien ici : 


Vienne - Mosaïque du Dieu Océan - Détail

Mais ce qui fait la richesse de cette mosaïque viennoise, c'est qu'au delà de ce portrait, le Dieu Océan est accompagné d'une multitude de symboles et personnages évoquant le monde marin, dont voici quelques détails.

On commence par la partie gauche : 

Vienne - Mosaïque du Dieu Océan (partie gauche)

Vienne - Mosaïque du Dieu Océan - Détail angle haut gauche

Vienne - Mosaïque du Dieu Ocean - Détail angle bas gauche

Vienne - Mosaïque du Dieu Océan - Détail haut gauche

Vienne - Mosaïque du Dieu Océan - Détail bas gauche

Et maintenant, la partie droite :

Vienne - Mosaïque du Dieu Océan - Partie droite

Vienne - Mosaïque du Dieu Océan - Détail angle haut droit

Vienne - Mosaïque du Dieu Océan - Détail angle bas droit

Vienne - Mosaïque du Dieu Océan - Détail haut droit

Vienne - Mosaïque du Dieu Océan - Détail bas droit


Et après l'exposition ?

Cette magnifique mosaïque est présentée depuis son rachat au Cloître Saint-André le Bas de Vienne, jusqu'au 17 Février 2019... et que deviendra-t-elle ensuite ?

Vous l'avez peut être remarqué sur quelques unes de mes photos, la mosaïque n'est pas uniforme... et pour cause ! Plusieurs restaurations sont venues "reconstituer" une partie du décor... eh oui, seule une partie du décor est véritablement "d'origine" ! Bon, une bonne partie tout de même !

Vienne - Reconstitution du décor conservé, avec identification des parties antiques

Après l'exposition, la mosaïque va connaître une nouvelle restauration, rendue nécessaire par les restaurations précédentes, ayant fixé la mosaïque sur des supports différents, dont certains pas très adaptés ! Mais des questions se poseront, et notamment celle-ci : faudra-t-il conserver les "ajouts" des restaurations XIXème ? Réponse... dans plusieurs mois, ou plus probablement, dans plusieurs années ! 

D'ici là, il ne vous reste plus que quelques jours pour aller admirer la Mosaïque du Dieu Océan au Cloître Saint André le Bas, à Vienne, puisque l'exposition temporaire qui lui est dédiée ferme ses portes dimanche... faites vite ! ;-)

A bientôt pour d'autres découvertes !




Votre guide de poche, Steve.

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

1 DIMANCHE = 1 DECOUVERTE : Le Musée d'Art Sacré Contemporain Saint-Hugues-de-Chartreuse

Eglise Saint Hugues de Chartreuse

Aujourd'hui, pour le billet-découverte dominical, c'est à la montagne que je vous emmène, plus exactement en Chartreuse !
Qui a dit qu'on ne pouvait pas, entre deux randos ou deux sorties raquette, faire une petite pause culturelle ? A Saint-Hugue en Chartreuse, c'est possible, grâce au Musée d'Art Sacré Contemporain, installé dans l'église du village.

L'Eglise Saint-Hugues-de-Chartreuse, construite en 1860, abrite depuis 1953 un riche décor réalisé par un seul et même artiste, ARCABAS, qui a créé en presque 40 ans, plus d'une centaine d'oeuvres réparties essentiellement en 3 registres superposés ceinturant tout l'édifice.


La nef de l'Eglise Saint Hugues de Chartreuse

Le Choeur de l'Eglise Saint Hugues de Chartreuse

Le registre central est le plus ancien (1953-1967). Il s'agit d'un ensemble de peintures sur toiles de jute de 144m², abordant la vie divine dans le choeur (avec une représentation de la Cène) et la vie terrestre dans la nef (la naissance, le travail, la mort...).
Pas totalement satisfait de ce 1er travail trop sombre à son goût, l'artiste poursuit son oeuvre, 6 ans plus tard, en réalisant le bandeau supérieur : le Couronnement (1973-1985). C'est un ensemble de peinture cette fois-ci beaucoup plus colorées, et abstraites, mais non dénuées de sens puisqu'inspirées, entre autres, du Psaume 150, expression de la louange à Dieu à travers la musique.
Après avoir fait don de son oeuvre au Département de l'Isère, qui va pouvoir faire du lieu le Musée d'Art Sacré Contemporain, ARCABAS réalise le bandeau inférieur, la Predelle, où il raconte sa vision du monde à travers un ensemble de 53 toiles peintes... en moins d'un an !

Mais ARCABAS, ce ne sont pas seulement des peintures. Il a aussi conçu les vitraux, des incrustations au sol, ou encore des sculptures, comme ce Christ en croix, dernière oeuvre en date installée dans l'Eglise en Décembre 1991... 38 ans après les premières peintures ! 

Christ en croix par Arcabas, 1991


Mieux que des mots, des images seront plus explicites pour vous faire découvrir ce site unique en son genre, voici donc deux vidéos vous présentant les lieux :
 

Et pour mieux comprendre la démarche de l'artiste... autant le rencontrer ! Enfin presque, avec cette petite interview enregistrée en 2010 :



Arcabas par eglise_catho


Evidemment le mieux, pour apprécier le travail d'ARCABAS, c'est encore d'aller l'admirer de vos propres yeux !

Le Musée est ouvert tous les jours sauf le mardi, de 10h à 13h et de 14h à 18h (sauf 1er janvier et 1er mai), et offre une visite guidée gratuite le 2e samedi du mois à 10h, l'idéal si l'on souhaite aller plus loin dans la compréhension de l'oeuvre et de l'artiste ! Une multitude d'ateliers sont également proposés durant les vacances scolaires, pour les enfants mais aussi les plus grands : consultez le programme des animations !

Pour ma part, intervenant déjà ponctuellement au Musée de la Grance Chartreuse, j'espère pouvoir intégrer prochainement ce Musée d'Art Sacré Contemporain dans mon offre de visites guidées, afin de l'inclure aussi dans différents circuits de visites... mais patience, pour l'instant, j'ai déjà beaucoup de nouveautés en préparation, elles arrivent bientôt... ! ;-)

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

1 DIMANCHE = 1 DECOUVERTE : La maquette de la Bastille

Pour ce nouveau numéro de la série "un dimanche = une découverte", zoom sur... la maquette de la Bastille !

Vizille

Présentée au Château de Vizille - Musée de la Révolution Française, cette maquette a été réalisée au lendemain de la prise de la Bastille, le 14 Juillet 1789.

Cette ancienne forteresse médiévale, construite initialement pour défendre l'une des entrées de Paris, était depuis devenue une prison d'Etat, où le Roi pouvait "embastiller" qui bon lui semblait, par lettres de cachet. 
Mais si les révolutionnaires s'attaquèrent à la Bastille, ce n'est pas pour libérer les prisonniers, alors plus très nombreux, mais pour s'approvisionner en poudre et munitions pour les armes qu'ils avaient récupérées aux Invalides.

La prise de la Bastille ne fut pas décisive, mais plutôt et surtout un événement symbolique, car c'était le signe de la fin du pouvoir arbitraire de la monarchie, et donc, l'avènement d'un temps de liberté.

C'est donc pour commémorer cet événement que Pierre Palloy, entrepreneur chargé de la démolition de l'ancienne forteresse après sa prise, réalisa cette maquette. Elle est munie de poignées, pour être transportée dans les processions patriotiques, un peu comme pour les reliques d'un saint.

Et sur son initiative, des maquettes similaires furent envoyées dans chacun des départements créés par le décret du 26 dévrier 1790 (eh oui, les départements, ça date de la Révolution !).

LE SAVIEZ VOUS ? Cette maquette a été réalisée à partir... des gravats de la véritable Bastille !

Maquette de la Bastille à Vizille

La maquette a été restaurée au cours de l'année 2015, et est de retour au Château de Vizille - Musée de la Révolution Française, toujours au RDC juste après la salle des faïences... n'hésitez pas à y faire un tour, et pourquoi pas en suivant votre guide de poche ! ;-)

A dimanche prochain, pour une nouvelle découverte !


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

1 DIMANCHE = 1 DECOUVERTE : Berlioz caricaturé, après l'échec de son 1er Opéra

Lorsque je suis en visite au Musée Hector Berlioz à La Côte Saint André, je ne peux malheureusement pas parler de tous les documents et objets présentés, j'ai donc fait une petite sélection et je voudrais vous faire découvrir avec ce billet dominical, l'un d'entre eux.

Il s'agit d'une caricature qui fut publiée le 1er novembre 1838 dans le journal "La Caricature provisoire", alors que le 1er opéra de Berlioz, "Benvenuto Cellini", venait de connaître un échec cuisant avec 3 premières représentations difficiles en septembre.


Caricature Berlioz Malvenuto Cellini

Plusieurs choses sont à remarquer dans cette caricature.

Tout d'abord, l'artiste est représenté (comme souvent) avec une grosse tête, les cheveux hirsutes : il joue de plusieurs instruments à la fois, tout en écrivant à la plume (rappelant ici son 2e métier, celui de critique, pour le Journal des Débats).

C'est surtout avec le petit théâtre de marionnettes représenté devant lui que la caricature s'avère virulente : non seulement le nom de l'oeuvre "Benvenuto Cellini" est transformé en "Malvenuto Cellini" (le caricaturiste jouant ici sur l'opposition Benvenuto/Malvenuto = Bienvenu/Malvenu... en gros, garde le ton opéra !), mais on étire aussi certains mots "GRRRand opéra", "GRRande représentation", donnant une espèce de grognement pour représenter la musique de Berlioz. On lui reprochait souvent de faire "du bruit", plutôt que de la musique.

Mais c'est sans doute aussi une façon de se moquer de l'artiste, qui par cette oeuvre, devait pourtant gagner en légitimité (tout compositeur rêve et se doit de s'illustrer et s'imposer à l'Opéra). Malheureusement ce ne sera pas avec Benvenuto Cellini qu'il sera pris au sérieux, la caricature évoquant des "pasquinades littéraires et arlequinades musicales" !

Le clou de la caricature reste la dernière phrase : "A la fin de la parade une grande statue sera coulée... l'auteur aussi.".
Comprenez là : la carrière de Berlioz coule avec l'échec de son opéra !

Eh oui, la presse n'était pas tendre avec notre compositeur côtois ! Mais bien heureusement, sa carrière ne s'arrêtera pas à cet échec, loin de là, puisque quelques années plus tard, c'est toute l'Europe qui l'applaudit au cours de ses tournées.


Cette caricature fait partie du parcours permanent du Musée Hector Berlioz, mais on la retrouve, avec beaucoup d'autres caricatures, dans l'exposition "Sacré Berlioz!", à découvrir jusqu'au 31 Décembre 2018, n'hésitez pas à participer à mes visites guidées, ce sera l'occasion de vous révéler bien d'autres anecdotes autour de la carrière et de la vie d'Hector ! ;-)


 



~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Exposition Street-Art 2018 à l'Ancien Musée-Bibliothèque (GRENOBLE)


Il y a quelques jours, je vous parlais ici même du Grenoble Street Art Fest qui anime les rues de la métropole de Grenoble durant tout ce mois de juin.

Parmi les animations proposées, plusieurs expositions temporaires dans différents lieux. Ceux qui ne suivent pas (encore!) ma page facebook ne le savent peut être pas, mais j'ai participé bénévolement au montage de l'une d'entre elle la semaine dernière, celle qui se tient à l'ancien musée-bibliothèque de Grenoble, sur la Place de Verdun !

C'est l'exposition qui rassemble les oeuvres d'ateliers des artistes qui participent au festival, une manière de découvrir leur talent autrement que sur les grandes fresques qu'ils réalisent aussi à travers la ville ! 

Parmi les artistes à l'honneur, des locaux comme Nesta et ses créations originales, ou le plus géométrique Juin :

Nesta

Juin

Juin

Deux grands triptiques (qui n'ont pas été faciles à monter !) permettent de (re)découvrir le talent de Snek et Ekis, des artistes déjà bien connus à Grenoble :

Snek

Ekis

Autre habitué présent : Ink4rt, le spécialiste de la calligraphie / du calligraffiti :

Ink4rt

Ink4rt

Parmi les "petits nouveaux" du festival, j'ai beaucoup aimé Mademoiselle Maurice et ses origamis :

Mademoiselle Maurice - Dream

Mademoiselle Maurice

Mademoiselle Maurice


Evidemment il vaut mieux voir tout ça "en vrai", le rendu des couleurs et des matières est bien meilleur que sur mes photos !

Le Grenoble Street Art Fest prenant de l'ampleur chaque année, plusieurs artistes internationaux ont fait le déplacement pour peindre les murs de la métropole de Grenoble, à l'image des Argentins Animalitoland, qui a déjà eu l'occasion de réaliser ses personnages enfantins lors des éditions précédentes, ou Cuore, nouveauté 2018, qui nous fait découvrir ses "signes" :

Animalitoland

Cuore

Ce qui est intéressant aussi avec le Grenoble Street Art Fest, c'est que toutes les formes de street-art sont à l'honneur, ainsi, outre les graffitis et les peintures, les collages sont aussi représentés, avec notamment dans l'exposition Tonton Tramb et ses personnages loufoques, Cobie et ses affiches provocantes ou encore Petite Poissone et ses petites phrases toujours bien senties :

Tonton Tramb

Cobie

Petite Poissone

Bien d'autres artistes sont présentés dans cette exposition mais je ne vais pas tous vous les dévoiler, j'espère que ce petit aperçu vous aura donné envie d'aller voir d'un peu plus près ces oeuvres et de découvrir les nombreux street-artistes opérant cette année durant le festival.

L'exposition est ouverte du MERCREDI AU DIMANCHE, de 13h à 19h, jusqu'au 1er juillet 2018.
Vous aurez aussi la possibilité sur place d'acheter quelques affiches des oeuvres emblématiques du festival, des t-shirts, ainsi que des ouvrages spécialisés sur le street-art.

Affiches à vendre (2€)

Livres en vente

Avant de vous quitter, un dernier artiste... c'est l'une des têtes d'affiche de cette 4e édition, le Français et très engagé Goin :

Goin

Un petit film accompagne cette oeuvre pour montrer sa réalisation :

Outre cette installation, Goin a le droit à sa propre exposition, "Anarchically Yours", qui se tient à la galerie Spacejunk, 15 Rue Génissieu à Grenoble jusqu'à la fin du mois de Juillet, j'espère d'ailleurs avoir l'occasion d'y passer pour vous la présenter dans un prochain article... d'ici là, profitez bien du Grenoble Street Art Fest et de ses nombreuses animations !

Et n'oubliez pas, si vous souhaitez une visite privée autour du street-art à Grenoble, je suis là, n'hésitez pas à me conctacter ! D'autres visites sont également possibles en complément... il suffit d'en discuter pour organiser votre programme personnalisé ! ;-)

 

Votre guide de poche, Steve

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~