IDEES DE SORTIE - EXPOSITIONS TEMPORAIRES

Régulièrement j'ai l'occasion, pour la préparation de mes visites guidées, ou tout simplement par plaisir personnel, de découvrir les expositions qui sont présentées ici et là dans notre région. Vous retrouverez ici tous mes articles qui vous les présentent !

1 DIMANCHE = 1 DECOUVERTE : La mosaïque du Dieu Océan, à VIENNE (Isère)


Vienne - Mosaïque du dieu Océan - Détail visage

Après avoir visité Madère la semaine dernière, retour en France ce dimanche pour un nouveau billet-découverte qui va, lui, nous faire voyager... dans le temps ! Plus exactement, nous allons replonger dans l'antiquité romaine, en nous intéressant d'un peu plus près à un petit trésor patrimonial exposé pour encore quelques jours à Vienne : la mosaïque du Dieu Océan !

 

Vienne - Mosaïque du Dieu Océan vue de la gauche

Vienne - Mosaïque du Dieu Océan vue de la droite

Une histoire mouvementée : 
Découverte, renfouie, redécouverte, sol de couloir... le Dieu Océan en a pris "plein la tête" ! 

C'est en 1845 que cette mosaïque de près de 7 mètres de long fut mise au jour, au N°70 Rue du 11 Novembre, à Vienne. Mais à peine trouvée qu'elle fut vite renfouie, pour une vingtaine d'années supplémentaires. Elle sera redécouverte en 1867, lorsque M. Jouffray, le propriétaire des lieux, décide d'y faire construire un atelier de forge. Conscient sans doute de la valeur d'une telle découverte, il décide de conserver la mosaïque : après restauration, il l'installe... dans un couloir de la maison qu'il vient de faire construire un peu plus loin ! 

Vienne - Photo de la mosaïque du Dieu Océan dans le couloir de la maison de M. Jouffray

Conservée dans ce couloir pendant plus d'un siècle, la mosaïque est à nouveau déposée en 1974, découpée en 15 morceaux... et disparait !

Jusqu'en Juillet 2017, où elle réapparait comme par miracle, lors d'une vente publique... à Monte Carlo ! La Ville de Vienne s'est alors empressée d'en faire l'acquisition : les 391 840€ nécéssaires ont pu être réunis grâce à un financement complété par le Département de l'Isère (5%), la Région Rhône Alpes (40%) et l'Etat (40%).


Vienne - Mosaïque du Dieu Océan

Une grande villa urbaine romaine de 2000 m2

Le site où a été retrouvée la mosaïque en 1867, a pu être fouillé à deux reprises, avec une première campagne de fouilles en 1977-1978, et une seconde en 1984-1986.

Il apparait alors que l'on avait à cet emplacement une villa romaine de 2000m2, construite vers - 40 av JC : elle comprenait, comme le montre le plan ci-dessous, plusieurs pièces de réception (dont un salon chauffé) de très bonne taille, laissant penser que le propriétaire devait recevoir une clientèle nombreuse. Ces pièces sont complétées par deux jardins, des thermes, et des espaces de circulation. La demeure possédait sans doute un étage pour les parties privées. 

La "domus" fut réaménagée au IIème siècle, sans changer véritablement de plan. En revanche certains sols furent changés et ce serait à cette occasion là que la mosaïque du Dieu Océan aurait été installée dans la galerie ouest du jardin à péristyle (= colonnade). Les vestiges conservés (signalés en rouges ci-dessous) ne sont en fait que le panneau central d'une composition plus large, deux panneaux géométriques le complétant. Chacun de ces trois panneaux marquaient le seuil d'une pièce.

 

Vienne - Plan de la Maison de l'Atrium

D'autres éléments de mosaïque appartenant à cette maison ont été découverts, et sont conservés/présentés dans les Musées de Vienne et Saint-Romain en Gal, témoignant de la richesse du propriétaire de cette villa.
 

Qui était Océan ?

Dans la mythologie grecque, Océan est l'ainé des Titans, qui sont eux-mêmes les enfants d'Ouranos, le dieu du Ciel, et de Gaïa, la terre. Parmi ces divinités originelles, Océan personnifie le fleuve qui cerne le monde connu, et c'est le père de toutes les eaux : mers, fleuves, rivières...

S'il est possible de le retrouver sur quelques pièces de monnaies, c'est surtout les mosaïstes qui vont en faire le sujet de leurs oeuvres, entre le IIe et le IVème siècle, notamment du côté de l'Afrique du Nord. On le retrouve également sur des pavements en Espagne, au Portugal, en Italie... et donc en France !

En général c'est plutôt sous la simple forme d'un masque isolé qu'il est représenté, avec un visage qui s'accompagne de cheveux hirsutes et d'une barbe abondante (les algues marines ?), des pinces et des antennes de crustacés... ce qu'on retrouve bien ici : 


Vienne - Mosaïque du Dieu Océan - Détail

Mais ce qui fait la richesse de cette mosaïque viennoise, c'est qu'au delà de ce portrait, le Dieu Océan est accompagné d'une multitude de symboles et personnages évoquant le monde marin, dont voici quelques détails.

On commence par la partie gauche : 

Vienne - Mosaïque du Dieu Océan (partie gauche)

Vienne - Mosaïque du Dieu Océan - Détail angle haut gauche

Vienne - Mosaïque du Dieu Ocean - Détail angle bas gauche

Vienne - Mosaïque du Dieu Océan - Détail haut gauche

Vienne - Mosaïque du Dieu Océan - Détail bas gauche

Et maintenant, la partie droite :

Vienne - Mosaïque du Dieu Océan - Partie droite

Vienne - Mosaïque du Dieu Océan - Détail angle haut droit

Vienne - Mosaïque du Dieu Océan - Détail angle bas droit

Vienne - Mosaïque du Dieu Océan - Détail haut droit

Vienne - Mosaïque du Dieu Océan - Détail bas droit


Et après l'exposition ?

Cette magnifique mosaïque est présentée depuis son rachat au Cloître Saint-André le Bas de Vienne, jusqu'au 17 Février 2019... et que deviendra-t-elle ensuite ?

Vous l'avez peut être remarqué sur quelques unes de mes photos, la mosaïque n'est pas uniforme... et pour cause ! Plusieurs restaurations sont venues "reconstituer" une partie du décor... eh oui, seule une partie du décor est véritablement "d'origine" ! Bon, une bonne partie tout de même !

Vienne - Reconstitution du décor conservé, avec identification des parties antiques

Après l'exposition, la mosaïque va connaître une nouvelle restauration, rendue nécessaire par les restaurations précédentes, ayant fixé la mosaïque sur des supports différents, dont certains pas très adaptés ! Mais des questions se poseront, et notamment celle-ci : faudra-t-il conserver les "ajouts" des restaurations XIXème ? Réponse... dans plusieurs mois, ou plus probablement, dans plusieurs années ! 

D'ici là, il ne vous reste plus que quelques jours pour aller admirer la Mosaïque du Dieu Océan au Cloître Saint André le Bas, à Vienne, puisque l'exposition temporaire qui lui est dédiée ferme ses portes dimanche... faites vite ! ;-)

A bientôt pour d'autres découvertes !




Votre guide de poche, Steve.

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Exposition "Grenoble 1968. Les Jeux Olympiques qui ont changé l'Isère", au Musée Dauphinois (GRENOBLE)


Comme chaque mercredi, une nouvelle idée de sortie !
Cette semaine, je vous propose de (re)découvrir l'exposition "Grenoble 1968. Les Jeux Olympiques qui ont changé l'Isère", présentée au Musée Dauphinois depuis Février 2018 dans le cadre des célébrations du cinquantenaire des JO,
ET PROLONGEE JUSQU'EN OCTOBRE 2019 !

Grenoble 1968. Les Jeux Olympiques qui ont changé l'Isère.

Après une courte introduction sur les origines des Jeux, l'exposition revient en détails sur l'événement : la candidature de Grenoble, son contexte et ses acteurs, les chantiers mis en oeuvre dans tout le département pour accueillir un tel événement international, le déroulé des épreuves, l'impact des jeux et ce qu'il en reste aujourd'hui dans le paysage isérois... 

Les acteurs des JO

De nombreux chantiers

Les JO jour après jour...

Mêlant cartes, maquettes, affiches et produits dérivés, ou encore objets ayant appartenus aux sportifs de ces jeux, l'exposition nous replonge au coeur de cet événement qui fit de Grenoble le centre du monde, du 6 au 18 février 1968 !

La torche olympique

Maquette de la piste olympique de bobsleigh de l'Alpe d'Huez

Les 3 médailles d'or de Jean-Claude Killy

Plusieurs films ponctuent le parcours, certains d'époque, comme la montée des marches d'Alain Calmat pour aller enflammer la vasque olympique, ou ce reportage qui suit un chauffeur de taxi pour une visite du Grenoble en plein chantier en 1967 :

D'autres films sont plus récents, receuillant les témoignages des acteurs de ces JO, qu'il s'agisse de sportifs, de politiques... ou de spectateurs de l'époque !

Les enfants ne sont pas en reste, avec des quizz et surtout un simulateur de bobsleigh sur la piste de l'Alpe d'Huez qui devrait en amuser plus d'un !

Indéniablement, Grenoble ne serait pas ce qu'elle est aujourd'hui, s'il n'y avait pas eu ces Jeux Olympiques de 1968, et l'Isère non plus. Ces JO qui ont tant apporté à notre région méritaient bien cette belle exposition rétrospective.

Etroitement liée à l'histoire de notre région, c'est tout naturellement que cette exposition intègre dès à présent mon offre de visites guidées pour les groupes au Musée Dauphinois, donc n'hésitez pas à me contacter si vous souhaitez un guide pour la (re)découvrir !

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Exposition "Montagne et paysage dans l'estampe japonaise", au Musée de l'Ancien Evêché de GRENOBLE


Pour le billet "idée de sortie" du mercredi, aujourd'hui j'ai choisi de vous parler de l'exposition "Montagne et paysage dans l'estampe japonaise", présentée au Musée de l'Ancien Evêché jusqu'au 31 Mars 2019.

Affiche Expo Montagne et paysage dans l'estampe japonaise


Dans le cadre de l'Année du Japon en Isère, le Département et ses musées multiplient les expositions et animations autour du Pays du Soleil Levant... 
Au Musée de l'Ancien Evêché, ce sont donc les estampes japonaises qui sont à l'honneur, plus particulièrement celles du XIXème siècle, qui s'intéressent aux paysages, suite à la censure qui frappe alors les sujets plus traditionnels (geisha, acteurs du théâtre, sumo...). 

Hokusai (1760-1849) et Hiroshige (1797-1858) sont deux artistes à l'initiative de ce renouvellement graphique, s'inspirant principalement de la nature, dans tous ces états. C'est Hokusai qui ouvre l'exposition :

Hokusai - Sous la vague au large de Kanagawa

Hokusai - 36 vues du Mont Fuji

1ère salle dédiée a Hokusai

1ère salle dédiée à Hokusai et son célèbre album des

 

Parmi les oeuvres présentées, il y en a une qui attire plus particulièrement l'attention : l'album (d'époque !) des Trente-six vues du Mont-Fuji, un ensemble original de 36 planches en accordéon, que l'on ne peut donc voir toutes d'un coup... c'est pourquoi tous les mois le Musée change la présentation de cet album, pour qu'à la fin de l'exposition le public ait pu tout voir ! Voilà ce que ça donnait lors de ma visite il y a déjà quelques semaines : 

Hokusai - Album des 36 vues du Mont Fugi

Dans la seconde salle, c'est Hiroshige qui est présenté. Très prolifique (plus de 8 000 oeuvres produite !), il a beaucoup voyagé à travers le Japon, et produit plusieurs séries : "Cinquante trois relais du Tôkaïdô", "Vues des sites célèbres des soixante et quelques provinces du Japon", "Cent vues des sites célèbres d'Edo", ainsi que, lui aussi, "Trente-six vues du Mont Fuji". Autant vous dire que tout ne pouvait être présenté ici, mais vous avez une belle idée de l'ensemble à partir des extraits proposés dans l'exposition : 

Hiroshige - 45e relais (Série cinquante trois relais du Tôkaidô)

Hiroshige - Les cent vues des sites célèbres d'Edo

Hiroshige - Le pont Sugatami et le pont OmokageHiroshige - Le pont Taiko et la colline Yûshi à MeguroHiroshige - Feux des renards à la veille du Nouvel An sous l'arbre d'Oji

Hiroshige - Lieux célèbres de la capitale de l'Est

Hiroshige - Vues des sites célèbres des soixante et quelques provinces du Japon

Un petit film présente la réalisation d'une estampe.

Puis, dans la dernière salle, ce sont les Mitates qui sont à l'honneur, des estampes parodiques qui mêlent personnages et paysages avec un jeu particulier des perspectives... 

3e salle - Estampes Mitate

Hakone - L'acteur Nakamura Shikan IV joue Kô no Moronao

Pour en (sa)voir plus, voici deux petits reportages TV sur l'exposition : 



J'espère que cette visite "virtuelle" de l'exposition "Montagne et Paysage dans l'estampe japonaise" vous aura plu, et vous aura donné envie d'aller la visiter de vos propres yeux, indispensables pour apprécier les infimes détails cachés dans ces  plus de 130 estampes présentées !

Sachez que de multiples animations sont également proposées autour de l'exposition : des visites, des concerts, des ateliers de calligraphie, et même une "soirée japonaise" ce Vendredi 25 Janvier 2019... vous retrouverez plus d'infos sur tout ça dans l'agenda du musée

A très vite pour d'autres idées de sortie ! ;-)


Votre guide de poche, Steve.


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

Exposition Street-Art 2018 à l'Ancien Musée-Bibliothèque (GRENOBLE)


Il y a quelques jours, je vous parlais ici même du Grenoble Street Art Fest qui anime les rues de la métropole de Grenoble durant tout ce mois de juin.

Parmi les animations proposées, plusieurs expositions temporaires dans différents lieux. Ceux qui ne suivent pas (encore!) ma page facebook ne le savent peut être pas, mais j'ai participé bénévolement au montage de l'une d'entre elle la semaine dernière, celle qui se tient à l'ancien musée-bibliothèque de Grenoble, sur la Place de Verdun !

C'est l'exposition qui rassemble les oeuvres d'ateliers des artistes qui participent au festival, une manière de découvrir leur talent autrement que sur les grandes fresques qu'ils réalisent aussi à travers la ville ! 

Parmi les artistes à l'honneur, des locaux comme Nesta et ses créations originales, ou le plus géométrique Juin :

Nesta

Juin

Juin

Deux grands triptiques (qui n'ont pas été faciles à monter !) permettent de (re)découvrir le talent de Snek et Ekis, des artistes déjà bien connus à Grenoble :

Snek

Ekis

Autre habitué présent : Ink4rt, le spécialiste de la calligraphie / du calligraffiti :

Ink4rt

Ink4rt

Parmi les "petits nouveaux" du festival, j'ai beaucoup aimé Mademoiselle Maurice et ses origamis :

Mademoiselle Maurice - Dream

Mademoiselle Maurice

Mademoiselle Maurice


Evidemment il vaut mieux voir tout ça "en vrai", le rendu des couleurs et des matières est bien meilleur que sur mes photos !

Le Grenoble Street Art Fest prenant de l'ampleur chaque année, plusieurs artistes internationaux ont fait le déplacement pour peindre les murs de la métropole de Grenoble, à l'image des Argentins Animalitoland, qui a déjà eu l'occasion de réaliser ses personnages enfantins lors des éditions précédentes, ou Cuore, nouveauté 2018, qui nous fait découvrir ses "signes" :

Animalitoland

Cuore

Ce qui est intéressant aussi avec le Grenoble Street Art Fest, c'est que toutes les formes de street-art sont à l'honneur, ainsi, outre les graffitis et les peintures, les collages sont aussi représentés, avec notamment dans l'exposition Tonton Tramb et ses personnages loufoques, Cobie et ses affiches provocantes ou encore Petite Poissone et ses petites phrases toujours bien senties :

Tonton Tramb

Cobie

Petite Poissone

Bien d'autres artistes sont présentés dans cette exposition mais je ne vais pas tous vous les dévoiler, j'espère que ce petit aperçu vous aura donné envie d'aller voir d'un peu plus près ces oeuvres et de découvrir les nombreux street-artistes opérant cette année durant le festival.

L'exposition est ouverte du MERCREDI AU DIMANCHE, de 13h à 19h, jusqu'au 1er juillet 2018.
Vous aurez aussi la possibilité sur place d'acheter quelques affiches des oeuvres emblématiques du festival, des t-shirts, ainsi que des ouvrages spécialisés sur le street-art.

Affiches à vendre (2€)

Livres en vente

Avant de vous quitter, un dernier artiste... c'est l'une des têtes d'affiche de cette 4e édition, le Français et très engagé Goin :

Goin

Un petit film accompagne cette oeuvre pour montrer sa réalisation :

Outre cette installation, Goin a le droit à sa propre exposition, "Anarchically Yours", qui se tient à la galerie Spacejunk, 15 Rue Génissieu à Grenoble jusqu'à la fin du mois de Juillet, j'espère d'ailleurs avoir l'occasion d'y passer pour vous la présenter dans un prochain article... d'ici là, profitez bien du Grenoble Street Art Fest et de ses nombreuses animations !

Et n'oubliez pas, si vous souhaitez une visite privée autour du street-art à Grenoble, je suis là, n'hésitez pas à me conctacter ! D'autres visites sont également possibles en complément... il suffit d'en discuter pour organiser votre programme personnalisé ! ;-)

 

Votre guide de poche, Steve

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Exposition "Venise, sur les pas de Casanova", au Couvent Sainte-Cécile (GRENOBLE)


Pour l'idée de sortie du mercredi, je vous emmène à Venise... enfin presque !

Affiche Expo

C'est plus exactement à Grenoble, au Couvent Sainte-Cécile, que je vous invite à vous rendre, pour découvrir l'exposition "Venise, sur les pas de Casanova". Comme pour chacune de ses expositions, le Fonds Glénat pour le Patrimoine et la Création croise les regards, ici ceux des peintres du XVIIIème siècle, et ceux de 8 artistes de bandes dessinées, sur la belle ville de Venise, sur les pas du célèbre Casanova, aventurier et écrivain vénitien du XVIIIème siècle.

Vue générale Expo

Carte de Venise pour localiser les lieux représentées dans les oeuvres de l'exposition

La 1ère salle est dédiée aux artistes de bandes dessinées : Zep, Jacques de Loustal, Miles Hyman, Kim Jung Gi, Liberatore, Manara, Griffo et François Avril ont été invités à Venise en 2017 par le Fond Glénat, afin de se plonger dans l'atmosphère particulier des ruelles de la Cité des Doges.
Chacun en est revenu avec son point de vue, ses repères, imaginant Casanova et ses conquêtes, ou immortalisant une ruelle, un monument... les approches sont multiples au fil de la cinquantaine de planches présentées ! Et les matières aussi, sont variées !

ZEP a ainsi opté pour l'aquarelle, se concentrant sur des éléments particuliers de l'environnement urbain qui l'entourait :

Les aquarelles de ZEP

Kim Jung Gi a lui opté pour l'encre de Chine, pour réaliser une seule planche, mais une longue planche très détaillée, où il mêle plusieurs scènes habilement :

Kim Jung Gi a opté pour l'encre de Chine pour sa longue fresque


François Avril a lui aussi choisi l'encre de Chine, mais a été plus productif, réhaussant de couleurs certaines de ses vues :

François Avril - Encre de Chine réhaussée de couleurs...

Ces quelques photos ne rendent évidemment pas justice au talent de ces dessinateurs, car tout est dans le détail, notamment chez le très minutieux Griffo, dont les dessins sont époustouflants de réalisme :

Griffo

J'ai particulièrement aimé l'approche "nocturne" de Milo Manara, qui ose même quelques scènes "coquines"... il en fallait bien, pour évoquer Casanova !

Milo Manara et la Venise nocturne...

Milo Manara ose les scènes coquines...

Face à ces nombreuses créations contemporaines, on retrouve une très belle série de "vedute", ces petites vues urbaines de Venise, ici réalisées par Francesco Guardi, maître du genre, et son fils Giacomo :

Les vedute de Francesco et Giacomo Guardi

Ne manquez pas d'aller dans le cloître : une vingtaine de tableaux du XVIIIème vous permettront de prolonger ce voyage vénitien... !

Dans le cloître une vingtaine de tableaux du XVIIIeme siècle

Venise en peinture, et pourtant on s'y croirait...

Bella Venezia...

Vous avez jusqu'au 16 Juin 2018 pour embarquer, après il sera trop tard... pour ma part je vous dis à très vite, pour d'autres idées de sortie !


Informations pratiques pour organiser votre visite :

Ouvert du lundi au samedi, de 11h à 12h30 et de 13h30 à 19h.
Entrée : 6 €, gratuit pour les moins de 13 ans.

Plus d'infos sur les animations autour de l'expositon (visite, ateliers...) : consultez le site internet du Couvent Sainte-Cécile !

 

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~