Arts

Mes visites guidées 2020 : Samedis étoilés et artistiques au Domaine St-Jean de Chépy (TULLINS)



 

Bonne nouvelle : le Domaine Saint Jean de Chépy, à Tullins, qui n'a pas pu organiser ses traditionnelles portes-ouvertes le 1er Mai en raison du confinement, profite du report des mariages pour vous accueillir tous les samedis du mois de Juillet, de 11h à 18h ! 

Voilà 4 fois plus d'occasions de (re)découvrir et profiter de ce lieu magique que j'ai déjà pu vous proposer plusieurs fois à la visite ces dernières années... et 
évidemment je ne pouvais pas manquer l'occasion d'y organiser quelques visites durant ces ouvertures exceptionnelles ! 

Ainsi, chaque samedi de juillet, je vous propose : 

     - A 11h15 : La présentation (en salle) du Domaine St Jean de Chépy, son histoire et son évolution au fil des siècles, avec, bien sûr, une visite de la fameuse voûte céleste du XVIIème siècle en conclusion.
       
(Tarifs : 8€/adulte, 4€/enfant 6-12 ans, Gratuit - de 6 ans)

     - A 14h30 : La présentation du Chant des Sculptures, véritable musée d'art contemporain à ciel ouvert installé sur une partie des 10 hectares du parc qui entoure la demeure. 
       (Tarifs : 8€/adulte, 4€/enfant 6-12 ans, Gratuit - de 6 ans)


BON PLAN :


Tullins saint jean de chepy assiette produits locauxA midi, une petite restauration autour de produits locaux, est proposée par le domaine :
 https://domaine-chepy.mon-restaurant.click/

Vous pouvez ainsi passer toute la journée au domaine pour profiter pleinement des lieux, et si vous souhaitez suivre les deux visites, profitez de l'OFFRE DUO : Voûte Céleste + Chant des Sculptures, à seulement 12€/Adulte, 6€/Enfant 6-12 ans et toujours gratuit pour les moins de 6 ans !

D'autres animations seront également proposées, notamment autour du bien être : séances de yoga, ateliers parents/enfants... tout le programme en un clic !

 

INFORMATIONS IMPORTANTES ET RESERVATIONS : 

L'épidémie de Covid-19 n'étant pas tout à fait terminée, il est demandé aux participants de bien vouloir venir "masqués", afin que chacun puisse profiter des visites en toute sécurité.

Le nombre de places pour mes visites étant limité, il est également obligatoire de reserver votre venue en ligne

 

 


LE DOMAINE SAINT JEAN DE CHEPY, EN BREF : 


- Un patrimoine préservé, avec une ancienne maison forte qui remonterait au XIIIème siècle, une ancienne orangerie récemment restaurée, une turbine hydroélectrique... 

- Un joyau bien caché dans l'une de ses tours : une mystérieuse et sublime voûte céleste du XVIIème siècle

- Un parc de 10 hectares, abritant le 1er refuge biodiversité LPO "entreprise" de la région, l'Oasis bleue et son rucher... calme et sérénité au rendez-vous ! 

- Un musée d'art contemporain à ciel ouvert, "Le Chant des Sculptures", créé il y a plus de 10 ans, et s'enrichissant chaque année au fil des symposiums de sculpture organisés par l'association Art Chépy, offrant aujourd'hui plus de 60 oeuvres à admirer dans un cadre naturel et exceptionnel !

 

Tullins - Saint-Jean de Chépy - Voute céleste

Saint-Jean de Chépy - Le chant des sculptures Saint-Jean de Chépy - Le chant des sculptures

 

 

 

Domaine Saint Jean de Chépy - Plan du chant des sculptures en 2018

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

1 DIMANCHE = 1 DECOUVERTE : Les moutons de The Sheepest à Grenoble (et ailleurs...!)


Quiconque a visité Grenoble les a déjà croisé, seul, isolé sur un mur ou une cheminée, ou en troupeau sur une fenêtre aveugle... à Grenoble, mais aussi à Lyon, Paris, en fait ils sont partout ! Mais qui sont ces moutons qui envahissent la région et le monde depuis 2007 ?!


Un mouton au coin d'une rue à Grenoble

Ce sont les oeuvres d'un artiste isérois d'une trentaine d'années originaire d'Echirolles, qui se fait appeler The Sheepest.

LA DEMARCHE :

"The Sheepest, c'est le mouton dénonciateur, observateur, une affiche, un clin d'oeil... Levez les yeux, et suivez le! " nous dit l'artiste sur son site internet.

Tout est parti d'un jeu de mot avec "sheep = le mouton", et "cheap = pas cher".
Le mouton devient ainsi une espèce de représentation, une allégorie de la société de consommation dans laquelle nous vivons, et du comportement des individus qui la composent... nous ! (Vous savez, ces millions de personnes qui se jettent sur le dernier iPhone chaque année... juste pour faire comme tout le monde et "avoir le dernier iPhone", whouhou!)


On comprend ainsi le slogan de l'artiste : "Je suis CEUX que je suis".
Et quoi de mieux que le mouton, seul ou en troupeau, pour dénoncer ces attitudes ?

Ainsi l'artiste nous interpelle dans la rue (parfois, plus rarement, dans la campagne), en "collant" ses moutons un peu partout. Partout, mais pas n'importe où : l'emplacement n'est jamais choisi au hasard, l'animal est toujours en lien avec l'architecture sur laquelle il repose et dans laquelle il s'intègre, créant des clins d'oeil sympa et originaux qui "font lever la tête à ceux qui suivent les pas de la foule".

Moutons The Sheepest Quai Perriere Grenoble

Mais ne souhaitant pas s'imposer au public, la majorité des créations de The Sheepest sont en papiers (sauf mon exemple ci-dessus évidemment!), de simples collages en papiers qui peuvent donc être supprimés par qui ne les aime pas... ou le temps fera sinon son oeuvre, tout simplement.

LE SAVIEZ VOUS ?

Pour ses moutons, The Sheepest s'est inspiré des moutons d'une vieille publicité pour une marque de chaussures/skates, Sheep Shoes, qui arboraient dans les magazines en 1996... des moutons !

Pub Sheep Shoes ayant inspiré The Sheepest

Si vous connaissez sans doute quelques uns des moutons de The Sheepest, sachez néanmoins qu'il y en a à ce jour plus d'une centaine qui habitent les rues, les murs et les toits de Grenoble, et plusieurs centaines d'autres sont partis à la conquête du globe... alors si comme des milliers de "fans" vous souhaitez tous les capturer, rendez vous sur instagram sous les hashtags #thesheepest ou #jesuisceuxquejesuis pour partager vos découvertes et dénicher ceux qui vous manquent...moi j'ai commencé ma collection !



PETIT CADEAU BONUS :

The Sheepest en pleine action avec l'installation d'un mouton... sur une cheminée ! Attention au vertige !


          
 


Pour en savoir plus à son sujet, 2 rares interviews qu'il a pu accorder il y a quelques temps déjà :
pour les étudiants sciences po de Grenoble en 2014, et pour le Glazed Magazine en 2011.

Ainsi qu'une autre ici : 

 




Voilà, désormais vous savez tout sur ce petit mouton croisé ici et là dans les rues grenobloises... à vous de jouer pour le retrouver, à Grenoble et ailleurs ! ;-)

Et si le sujet vous intéresse, vous pouvez aussi me suivre lors de mes visites guidées pour découvrir toute la richesse du street-art grenoblois... et bientôt voironnais ! Un peu de patience avant le dévoilement de ma programmation 2020 ! ;-) 

 

                                                                                                    Votre guide de poche, Steve.

 

PS : D'autres animaux peuplent les rues de Grenoble, sans qu'on y prête attention et pourtant ils sont bien là, partout autour de nous... venez les découvrir avec moi lors d'un Safari original à travers la capitale des Alpes !

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

1 DIMANCHE = 1 DECOUVERTE : Le Musée d'Art Sacré Contemporain Saint-Hugues-de-Chartreuse

Eglise Saint Hugues de Chartreuse

Aujourd'hui, pour le billet-découverte dominical, c'est à la montagne que je vous emmène, plus exactement en Chartreuse !
Qui a dit qu'on ne pouvait pas, entre deux randos ou deux sorties raquette, faire une petite pause culturelle ? A Saint-Hugue en Chartreuse, c'est possible, grâce au Musée d'Art Sacré Contemporain, installé dans l'église du village.

L'Eglise Saint-Hugues-de-Chartreuse, construite en 1860, abrite depuis 1953 un riche décor réalisé par un seul et même artiste, ARCABAS, qui a créé en presque 40 ans, plus d'une centaine d'oeuvres réparties essentiellement en 3 registres superposés ceinturant tout l'édifice.


La nef de l'Eglise Saint Hugues de Chartreuse

Le Choeur de l'Eglise Saint Hugues de Chartreuse

Le registre central est le plus ancien (1953-1967). Il s'agit d'un ensemble de peintures sur toiles de jute de 144m², abordant la vie divine dans le choeur (avec une représentation de la Cène) et la vie terrestre dans la nef (la naissance, le travail, la mort...).
Pas totalement satisfait de ce 1er travail trop sombre à son goût, l'artiste poursuit son oeuvre, 6 ans plus tard, en réalisant le bandeau supérieur : le Couronnement (1973-1985). C'est un ensemble de peinture cette fois-ci beaucoup plus colorées, et abstraites, mais non dénuées de sens puisqu'inspirées, entre autres, du Psaume 150, expression de la louange à Dieu à travers la musique.
Après avoir fait don de son oeuvre au Département de l'Isère, qui va pouvoir faire du lieu le Musée d'Art Sacré Contemporain, ARCABAS réalise le bandeau inférieur, la Predelle, où il raconte sa vision du monde à travers un ensemble de 53 toiles peintes... en moins d'un an !

Mais ARCABAS, ce ne sont pas seulement des peintures. Il a aussi conçu les vitraux, des incrustations au sol, ou encore des sculptures, comme ce Christ en croix, dernière oeuvre en date installée dans l'Eglise en Décembre 1991... 38 ans après les premières peintures ! 

Christ en croix par Arcabas, 1991


Mieux que des mots, des images seront plus explicites pour vous faire découvrir ce site unique en son genre, voici donc deux vidéos vous présentant les lieux :
 

Et pour mieux comprendre la démarche de l'artiste... autant le rencontrer ! Enfin presque, avec cette petite interview enregistrée en 2010 :



Arcabas par eglise_catho


Evidemment le mieux, pour apprécier le travail d'ARCABAS, c'est encore d'aller l'admirer de vos propres yeux !

Le Musée est ouvert tous les jours sauf le mardi, de 10h à 13h et de 14h à 18h (sauf 1er janvier et 1er mai), et offre une visite guidée gratuite le 2e samedi du mois à 10h, l'idéal si l'on souhaite aller plus loin dans la compréhension de l'oeuvre et de l'artiste ! Une multitude d'ateliers sont également proposés durant les vacances scolaires, pour les enfants mais aussi les plus grands : consultez le programme des animations !

Pour ma part, intervenant déjà ponctuellement au Musée de la Grance Chartreuse, j'espère pouvoir intégrer prochainement ce Musée d'Art Sacré Contemporain dans mon offre de visites guidées, afin de l'inclure aussi dans différents circuits de visites... mais patience, pour l'instant, j'ai déjà beaucoup de nouveautés en préparation, elles arrivent bientôt... ! ;-)

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Exposition "Daniel Dezeuze. Une rétrospective" au Musée de Grenoble



Pour bien commencer l'année, outre notre petit jeu-concours facebook en cours qui vous permet de gagner une belle journée découverte à Lyon, quoi de mieux qu'une petite idée de sortie !? C'est l'objet du billet du jour, et, résolution 2018, j'essayerai de publier ici tous les mercredis une petite idée de sortie pour vous !

Aujourd'hui, je souhaite vous parler de l'exposition "Daniel Dezeuze. Une rétrospective", présentée au Musée de Grenoble depuis le 28 octobre 2017. Il vous reste jusqu'au 28 janvier 2018 pour la découvrir donc pas de panique vous êtes dans les temps, d'où ce petit billet !

Petit aperçu : 



Autant pour la rétrospective précédente, dédiée à Fantin-Latour, je connaissais un peu le sujet, autant là, je n'avais jamais entendu parler de Daniel Dezeuze... oui honte à moi je sais, mais bon, on ne peut tout connaitre ! ^^
C'est donc dans une découverte totale que je me suis lancé lorsque j'ai visité cette exposition juste avant les fêtes de fin d'année. Nul doute qu'elle ne laisse pas le public indifférent, c'est pourquoi je voulais vous en dire quelques mots ici et en partager avec vous quelques photos !


 

 

Bon déjà, oubliez les tableaux conventionnels. Si au tout début de sa carrière, Daniel Dezeuze en réalise quelques-uns, comme ces Toits d'Aviès (1963), très vite il sort du cadre, change de support, détourne des objets du quotidien... pour cinq décennies de créations aussi variées qu'originales !

     

Je vous avoue que je suis resté perplexe devant certaines oeuvres, me demandant s'il l'on peut vraiment parler d'art/d'oeuvre d'art pour un chassis de fenêtre ou trois skis calés contre un mur, ou encore quelques cordages qu'on tend au sol ? J'ai un doute. Même si, en jouant avec son objectif, on peut rendre cela intéressant. Ou pas.

     

     

Par moment, on se croirait même en pleine brocante, notamment pour Objets de cueillettes et Receptacles (ci dessous), même si en prenant le temps d'observer de plus près, la créativité de l'artiste se dévoile dans ses assemblages loufoques.

D'autres propositions, tout aussi simplistes au premier regard, peuvent malgré tout convaincre davantage, par exemple ces petites bordures de jardin détournées en Echelles doubles originales et colorées : 



Toujours dans la catégorie "objets du jardin détournés", les Peintures sur panneaux extensibles, de simples treillis de jardins qui deviennent sous le pinceau de Daniel Dezeuze des tableaux plus colorés les uns que les autres, ou de beaux chevalets. Cà donne quelques idées pour décorer son jardin !

     

Dans le même esprit, mais un peu plus recherché, j'ai beaucoup aimé les Pavillons, sur le même motif de treillis, mais en polyéthylène cette fois et surtout en jouant davantage avec le volume : 

Et ce sont justement les jeux de l'artiste avec les volumes que j'ai le plus apprécié dans cette exposition, avec notamment Per una salva oscura qui clôt l'exposition (et qui avait été exposée à Chambord), mais aussi Per una salva oscura II et sa constellation de cylindres métalliques offrant de belles perspectives pour les amateurs de photos graphiques, ou le bloc Per una salva oscura III, moins recherché peut être, où l'on retrouve à nouveau les treillis en bois de manière plus compacte ! Une très belle série !

Mon autre coup de coeur dans cette exposition est double : les Blasons, boucliers médiévaux revisités façon compositions artistiques, et les Tableaux-valises, l'une des dernières oeuvres de l'artiste, après plus de 50 ans de création !

     

 

Armes de bric et de broc, dessins naïfs et autres assemblages originaux complètent l'exposition, offrant une très belle rétrospective sur la créativité productive et l'oeuvre immense de Daniel Dezeuze, chacun pouvant y trouver, je pense, quelques belles surprises ! Mais je ne vous en montre pas plus, pour vous laisser le plaisir de découvrir le reste "in-situ", en espérant que cette petite sélection non exhaustive d'oeuvres éclectiques vous aura donné envie d'en voir plus ! (Pour les curieux j'ai mis plus de photos sur facebook)

Vous avez jusqu'au 28 janvier 2018, ne tardez pas trop... !
Pour mieux appréhender les oeuvres, le musée organise des visites guidées de l'exposition les samedis et dimanches, à 14h30 (sauf le premier dimanche du mois), et des médiateurs seront à votre écoute dans l'exposition le 7 Janvier 2018, de 14h30 à 17h30 ! ;-) 

Belle visite !

 



Votre guide de poche, Steve.

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


 




 

Exposition "Fantin Latour - A fleur de peau" au Musée de Grenoble

 

Plus que trois petites semaines pour aller (re)découvrir l'exposition "Fantin Latour - A fleur de peau", présentée au Musée de Grenoble jusqu'au 18 Juin 2017 !

 


Cette exposition était présentée juste avant au Musée du Luxembourg à Paris, voici un petit reportage qui la présente, pour avoir un petit aperçu du contenu (la présentation grenobloise est beaucoup plus lumineuse !) :

 

Désormais sur les terres natales de l'artiste (il est né à Grenoble le 14 Janvier 1836), l'exposition propose de retracer le parcours de Henri Fantin Latour à travers les différentes périodes de sa vie, les diverses facettes de son oeuvre.

Elle s'ouvre donc sur les autoportraits et premiers portraits (ses soeurs) réalisés entre 1854 et 1873, en parallèle d'une carrière de copiste au Louvre :


 

  

 

Suite à son séjour en Angleterre, Fantin Latour se tourne vers les natures mortes, qui deviendront sa plus importante source de revenus : 



    

 

Entre 1864 et 1872, Fantin Latour réalise ses tableaux les plus célèbres, en allant à contre-courant de l'impressionnisme naissant, développant les portraits de groupes, comme "Un atelier aux Batignoles" :

 


 

Outre les natures mortes, qu'il continue de produire abondamment, Fantin Latour s'adonne à des créations plus imaginaires à la fin de sa carrière, fortement inspirées de sa passion pour la musique, notamment Hector Berlioz et Wagner. C'est d'abord une démarche personnelle, puis, son travail plaisant au biographe Adolphe Jullien, celui ci lui demandera d'illustrer ses biographies de Berlioz et Wagner !



J'avais d'ailleurs eu l'occasion de travailler sur tout le travail de Fantin Latour autour de l'oeuvre de Berlioz, que ce soit des oeuvres "hommages" à l'artiste, ou des illustrations lithographiques de ses oeuvres musicales, lors de l'exposition "Fantin Latour interprète Berlioz" présentée au Musée Hector Berlioz en 2011... c'était alors l'une de mes toutes premières visites guidées créées avec celle de la Maison Natale, que j'assure toujours, 6 ans après !

C'est donc avec plaisir que j'ai retrouvé notamment "L'anniversaire", que je vous présenterai plus en détail lors d'un prochain billet découverte : 

 




La fin de carrière de Fantin Latour est fortement marquée par les créations imaginaires, il n'exposera d'ailleurs plus que ça au Salon après 1890, avec, on le constate, un goût prononcé pour le corps féminin...


 

 

 




 

L'exposition se conclue sur une reconstitution de l'atelier de Fantin Latour, accompagnée des photos du véritable atelier de l'artiste, véritable musée : 



  

  



Ne manquez pas d'aller faire un tour ensuite dans la Tour de l'Isle, pour la dernière partie de l'exposition dédiée à la collection de photographies de nus de Fantin-Latour, pour qui il était sans doute plus simple de travailler sur photo plutôt que d'après modèles. Une cinquantaine de clichés sont proposés, mais la collection de Fantin Latour en rassemble 1400 ! 

 

 

J'espère que cette petite présentation sans prétention vous aura néanmoins donné l'envie d'aller au Musée de Grenoble (re)découvrir cette exposition... faites vite, elle sera décrochée le 18 Juin prochain !!!

Plus de photos pour vous convaincre dans mon album FACEBOOK ICI !

A très vite pour d'autres idées de sortie... ! ;-)


 

Votre guide de poche, Steve.


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~