LE BLOG DECOUVERTES DE VOTRE GUIDE

Pour fêter les deux ans de GIN'Steve, votre guide de poche, j'ai décidé de donner un coup de neuf à mon site internet afin de vous présenter efficacement les visites guidées que je peux vous proposer en Isère et Rhône Alpes, des visites au cours desquelles je partage avec vous mes connaissances de façon ludique et agréable.

Mais pour aller plus loin dans le partage, j'ai aussi ouvert ce "blog-découvertes", afin de vous faire part de mes propres découvertes lors de la préparation de nouvelles visites ou, parfois, lorsque je suis moi-même visiteur/touriste !

Ce "blog-découvertes" sera également l'occasion pour moi de partager avec vous régulièrement les évènements et autres bons plans dans la région, au fil des semaines... donc n'hésitez pas à rejoindre ma page facebook afin de ne manquer aucune publication !

Votre guide, Steve

 

~~~~~~~~~~~~

Petit sommaire pour s'y retrouver facilement !

 

Parchemun blog un dimanche une decouverte 1

Bibliotheque

 

Parchemin blog patrimoine

   Parchemin blog idees de sorties 1







Parchemin blog vu a la tvParchemin blog jeux

 


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

1 DIMANCHE = 1 DECOUVERTE : Notre Dame de Vouise, à Voiron



Pour ce billet-découverte, je souhaiterai vous parler de la statue de la Vierge qui a été érigée au sommet de la colline de la Vouise, qui domine Voiron de ses 735m d'altitude environ. Une statue qui veille sur la ville depuis plus de 150 ans... et qui, maintenant que nous sommes "déconfinés", est de nouveau accessible à tous les habitants et visiteurs du département et des environs, pour une bon bol d'air et un beau panorama !

Voiron notre dame de vouise vue sur la ville ndvouise fr

C'est à un Voironnais que l'on doit l'idée, en 1866, d'ériger cette statue : Eugène Poncet, le "Père des Pauvres", qui habitait à l'entrée du quartier Sermorens. Cette idée fut bien accueillie par la municipalité d'alors, dirigée par M.Faige Blanc qui, par contre, n'avait pas vraiment les moyens pour financer celle-ci puisqu'on venait d'engager un autre chantier religieux autrement plus important : la construction de l'Eglise Saint Bruno !

 

Voiron - Notre Dame de Vouise - Carte postale couleur


On décida alors d'organiser une loterie, pour récolter des fonds (comme quoi notre ami Stéphane Bern n'a rien inventé avec sa loterie du patrimoine, je suis sûr qu'il s'est inspiré des Voironnais... ! :P). Afin que tout le monde puisse participer, on édita 20 000 billets, vendus cinquante centimes pièces. Vous pouviez voir l'un d'entre eux dans l'exposition "Patrimoine en Isère. Le Pays Voironnais", qui était présentée tout l'été 2018 aux Caves de la Chartreuse. Pour ceux qui n'ont pas eu l'occasion de visiter l'exposition, en voici un autre exemple :


Voiron - Ticket de loterie Notre Dame de Vouise

Pour la statue, on choisit de réaliser une réplique, en taille réduite (7m), de la Vierge que l'on venait d'inaugurer au Puy en Velay (16m)

                         
                     
Crédit photo : Denis ! ;-)


Si celle du Puy fut réalisée avec la fonte des canons russes pris lors de la bataille de Sébastopol, celle de Voiron fut réalisée en cuivre repoussé, par Charles Hérold, artiste originaire de Saint-Laurent du Pont, sur les plans du statuaire Jean Bonnassieux. La vierge, couronnée d'étoiles, se tient debout sur un demi-globe terrestre où elle écrase un serpent, et tient sur son bras droit l'Enfant Jésus qui bénit la ville.

Le montage et l'inauguration de la statue :

Après avoir été exposée pendant plusieurs jours sur la Place de Voiron, c'est en juillet 1868 que l'on monte la Vierge sur son socle au sommet de la colline. Dans son ouvrage "Le Dauphiné, Légendaire et Mystérieux", Gilbert Coffano nous raconte la procession qui eut lieu ce jour là. L'auteur ne cite pas ses sources mais je vous retranscrit son récit, racontant la ferveur des Voironnais ce jour là :

"La montée de la Vierge de Notre Dame de Vouise se déroula en Juillet 1868. Une immense procession se constitua, suscitant une ferveur toute particulière, et une foule importante venue de toute la région assista à l'événement. Chaque élément de la statue ainsi que son socle furent chargés sur des chars décorés. La plupart des jeunes de Voiron, arborant des brassards aux couleurs de Marie (bleu et blanc), portèrent sur le dos les pièces les moins lourdes. On utilisa également quinze brancards entièrement décorés de fleurs et de couronnes afin de transporter le reste du matériel nécéssaire à l'édification de la statue de la "Reine du ciel", comme l'on disait en ce temps-là. Une phrase de béatitude fut gravée sur le socle : Posuerunt me custodem", "Ils m'ont établi leur gardienne".
Après plusieurs heures de préparatifs sur la grande place du Mail, le long cortège se mit en marche. Comme il se doit en pareille circonstance, le clergé ouvrait le chemin. Juste derrière se pressaient les autorités civiles et militaires, et, quelques mètres plus loin, la fanfare du pays rendait hommage à sa manière à Notre Dame de Vouise. La foule, qui accomplit ce pèlerinage avec beaucoup d'enthousiasme, fermait la procession en chantant : "Vive à jamais Notre Dame de Vouise, ô joie universelle". Il se dit que cette mémorable montée de la Vierge de Voiron dura plus de trois heures !
L'inauguration officielle et la bénédiction de la statue se déroulèrent le 4 octobre 1868 en présence de l'évêque de Grenoble, Mgr Ginoulhiac. Un banquet s'ensuivit à l'hôtel de ville de Voiron, auquel prirent part deux cents invités aux côtés du maire, de l'évêque, du préfet et de plusieurs généraux".


La légende entourant la Vierge de la Vouise :

Plusieurs visiteurs au cours de mes visites de Voiron m'ont fait part d'une anecdote, comme quoi Charles Herold, l'artiste qui réalisa cette statue, se serait suicidé en réalisant qu'il s'était trompé de côté pour représenter le Christ !

Il est vrai que traditionnellement, la Vierge porte le Christ de son bras gauche (côté coeur), ce qui n'est pas le cas ici.
Pour autant, il suffit de creuser un peu pour constater que Charles Hérold a vécu bien des décennies après la réalisation de la statue... fin de la légende ! 

Mais cette légende voironnaise n'est pas anodine, elle semble calquée sur la même légende que l'on retrouve pour Jean Bonnassieux, qui conçut le modèle de la Vierge de Notre Dame de Puy... mais pour lui aussi, le suicide relève du mythe !
En effet, le Christ sur le bras droit de la Vierge n'est pas une erreur, mais serait un parti pris artistique : ainsi, l'Enfant Jésus, bénissant la ville, ne cache pas le visage de sa mère avec sa main... voilà une vérité rétablie !?

Quoiqu'il en soit, Notre Dame de la Vouise a fêté en 2018 ses 150 ans, et pour l'occasion, la ville lui a offert une petite cure de jouvence dont elle avait bien besoin, comme on peut le voir sur cette photo, issue d'un petit film réalisé par drône que je vous mets juste en dessous :

Voiron - Notre Dame de Vouise (drône)

 

Comme vous pouvez le constater à travers la vidéo, le panorama là-haut est exceptionnel, une table d'orientation vous permet d'ailleurs, au sommet du pied d'estale (au pied de la statue) d'identifier les différents reliefs qui s'offrent à vous, tout comme les villes et villages du territoire... n'hésitez donc pas à y faire un tour, maintenant que nous sommes déconfinés, pour admirer également la statute qui a retrouvé sa couleur cuivrée d'antan !

Je terminerai ce petit billet découverte par un petit bout de poésie que je lisais au cours de certaines de mes visites, car il est dédié à Notre Dame de Vouise, et écrit par un certain H.N. probablement pour l'inauguration de celle-ci :

Merci donc à vous tous, au nom de la Madone,
Généreux Voironnais ; ah quand votre coeur donne,
Il ne doit pas compter, il verse à pleines mains.
Du haut de son granit, ce monument de gloire,
De votre piété redira la mémoire,
Jusque dans les âges lointains.


Plus de 150 ans après, ces mots sont bien justes, Notre Dame de la Vouise veille toujours sur les Voironnais, du haut de sa colline... 

A la semaine prochaine pour d'autres découvertes virtuelles, et j'espère à bientôt pour de "vraies" visites sur le terrain...! ;-)

Votre guide de poche, Steve.

 



~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

1 DIMANCHE = 1 DECOUVERTE : Le char processionnel de La Côte Saint-André


Alors que le déconfinement est prévu pour demain, pour votre guide de poche, le retour sur le terrain n'est pas pour tout de suite, entre l'annulation de tous les groupes, l'annulation des prestations commandées par les musées départementaux, ou encore le report d'autres prestations commandées par les collectivités locales...

En attendant d'y voir plus clair, je poursuis mes petits billets-découverte, pour garder un lien avec vous... ainsi qu'avec l'Histoire et le Patrimoine !

Aujourd'hui, je voudrais vous parler d'un "objet" que j'évoque durant mes visites guidées de La Côte Saint André : le char processionnel.

 

Char processionnel de La Côte Saint André

C'est en 1888 que ces vestiges furent retrouvés dans la plaine de la Bièvre, sur le territoire communal de La Côte Saint André où je guide régulièrement.
L'archéologue Déchelette, dans son Manuel d'Archéologie publié en 1924, décrit la découverte dont il a recueilli les témoignages : 


"En 1888, des ouvriers travaillant à extraire les pierres amoncelées composant une sorte de tumulus situé au mas de Garchat, dans la plaine de Bièvre, à 4.500 mètres au Sud du bourg de La CôteSaint-André, rencontrèrent quatre roues en bronze fondu et des débris de tôle de même métal. Les roues reposaient sur le sol, trois en arrière sur une même ligne droite de 1 m. 50 de longueur et la quatrième en avant, à environ 2 mètres des premières... Aucun reste du timon n'a été recueilli... Avant de rencontrer les roues, les ouvriers avaient mis au jour (des débris que l'on prit) pour la caisse du char, mais... (qui)... sans aucun doute... constituent la plus grande partie d'une situle tronconique dont la hauteur ne devait pas être inférieure à un mètre et qui rappelle entièrement par sa forme et sa technique certains vases de la fin de l'âge du Bronze et du commencement du premier âge du Fer découverts dans divers pays d'Europe."

Le lieu de la découverte évoqué, le mas de Garchat, correspond aujourd'hui, à la Zac du Rival, où une rue rappelle d'ailleurs la trouvaille archéologique.

D'ailleurs plus récemment d'autres vestiges plus récents ont pu être retrouvés sur cette zone, des traces d'occupation du début du Moyen Âge... mais revenons à notre char processionnel, qui est LA trouvaille exceptionnelle du site.

C'est le poids des 4 roues retrouvées (entre 10 et 15 kg chacune !), mais aussi leur décor particulier, qui laissent à penser, depuis leur découverte, qu'il ne pouvait s'agir d'un simple char de transport, ou même d'un char de combat, mais bel et bien d'un char processionnel. Si elles étaient plutôt bien conservées, il a fallu, à partir des débris qui les accompagnaient, reconstituer le seau, et un bassin.

 

La Côte Saint André - Débris du sceau du char processionnel avant restauration

La Côte Saint André - Débris du bassin accompagnant le char processionnel

La Côte Saint André - Fond du sceau du char processionnel

Le fond du seau (et le bas de la paroi) et le seau lui même ont d'ailleurs été reconstitués séparemment, permettant de voir plus précisément les détails des 17 cornières de renforcement du fond du sceau.

Comme vous l'avez lu plus haut, lors de la découverte des vestiges, 3 roues ont été retrouvées alignées sur 1,5m, et la 4e plus isolée deux mètres devant... on peut donc aisément penser que le char se présentait peut être ainsi : 

La Côte Saint André - Reconstitution du char selon l'emplacement des trouvailles

2x2 roues, 3+1 roues... difficile à dire, je n'y étais pas, nous n'étions pas là il y a environ 2700 ans, lorsque ce char processionnel était utilisé ! 

Ce qu'il faut par contre retenir, c'est que l'on a là un ensemble exceptionnel, car jamais ailleurs en Europe, n'ont été retrouvés ensembles roues ET seau : à Stade (près de Hambourg), ont été retrouvées des roues, et en Toscane, le seau de Vetulonia... mais c'est chez nous, à La Côte Saint-André, que les deux réunis ont été retrouvés ! Petite fierté locale... même s'il faut aujourd'hui se rendre à Lyon pour admirer cette pièce archéologique exeptionnelle, parmi toutes celles qui composent aujourd'hui les collections du Musée gallo-romain.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter les analyses archéologiques plus poussées publiées par Gabriel Chapotat, archéologue de renom dans la région. Les photos des débris en sont d'ailleurs tirées, mais d'autres y sont présentées.

En espérant que ce billet vous aura plu, je vous dis à la semaine prochaine, pour un billet-découverte qui nous emmenera à nouveau à l'autre bout du monde ! Un petit indice, ce sera de nouveau sur une île, mais bien plus chaude que l'Islande... je n'en dis pas plus ! ;-)

Votre guide de poche, Steve

 

 

Char processionnel de La Côte Saint André

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

 

 

1 DIMANCHE = 1 DECOUVERTE : Les clous des remparts romains de Cularo (GRENOBLE)

Aujourd'hui j'aurais dû vous guider à Grenoble, mais, 41e jour du confinement oblige, je suis, tout comme vous, coincé chez moi.
Alors pour le billet-découverte de ce soir, nouvelle évasion virtuelle, à Grenoble donc, pour (re)découvrir un étrange petit "clou" doré que l'on aperçoit ici et là au sol, quand on parcourt à pied le centre ancien... 

Grenoble - Clou rempart Cularo IIIème siècle

CULARO, c'est le premier nom de Grenoble, celui que lui ont donné ses fondateurs Gaulois, la tribu des Allobroges, qui régnaient sur toute la région, avant la conquête romaine du quart sud-est de la Gaule au IIème siècle avant J.C. 

A cette époque là, Cularo n'est qu'un simple vicus, un petit village ouvert, faisant partie de la Cité de Vienne, nom donné à l'ancienne province des Allobroges, dépendant de la ville de Vienna.

Grenoble - Cularo dans la Cité de Vienne
(Conservation du Patrimoine de l'Isère)


Mais au IIIème siècle, les choses changent pour la petite bourgade gallo-romaine : elle devient chef-lieu de Cité ! En effet, l'Empereur Dioclétien réforme son empire, et les découpages territoriaux changent, pour notamment faire face aux attaques barbares de plus en plus nombreuses. Ainsi, la Cité de Vienne est découpée en 3 Cités plus petites : celle de Vienne, réduite de 2/3, celle de Genava, au Nord-Est, et celle de Cularo, entre les deux !

C'est à cette occasion que les Romains dotèrent Cularo d'un grand rempart, à la fois pour marquer ce changement de statut, et pour protéger la ville bien sûr ! Une petite maquette permet de le visualiser au Musée de l'Ancien Evêché, dans la salle souterraine qui permet justement de voir des vestiges de ce rempart, ainsi que ceux du baptistère.

Grenoble - Maquette des remparts romains de Cularo

Malgré son importance (près d'une quarantaine de tours sur plus de 1000 mètres de longueur), une très grande partie de ce rempart romain a disparu aujourd'hui. Sur cette carte, présentée également au Musée de l'Ancien Evêché, on peut localiser précisément les quelques éléments qui témoignent encore, en ville, de la présence de ce rempart :

Grenoble - Carte des vestiges du rempart romain de Cularo

Comme vous pouvez le constater, rares sont les morceaux de remparts conservés (en noir) ! Les éléments les plus importants sont les fondations observables au Musée de l'Ancien Evêché que j'évoquais précédemment, et, en surface, un bout de tour et de mur récemment restaurés au sud, Rue Lafayette (N°6, derrière le grand immeuble blanc faisant face à l'Office de Tourisme).

Grenoble - Vestiges rempart romain Cularo Rue Lafayette

On peut également apercevoir quelques élements du côté du Jardin de Ville (N°5, sous la treille de Stendhal et dans l'immeuble à côté), ainsi qu'à la base de la tour de l'ancien Hôtel de Ville un peu plus loin... 

Partout ailleurs où le rempart a malheureusement disparu, la Ville a fait installer des espèces de "clous" dorés, au sol, pour montrer l'emplacement de celui-ci et donc, les limites de Cularo, peut être les avez-vous déjà croisés, même s'ils ont la facheuse tendance à disparaître au fil des travaux de voierie...

Grenoble - Clou rempart Cularo


Peut être aussi que les plus observateurs d'entre vous auront remarqué qu'il y a une plus ancienne version de ces "clous", ils sont moins jolis mais surtout plus discrets, et formaient deux lignes parallèles, pour vraiment visualiser l'emprise au sol du rempart qui avait une largeur d'environ 4m... ces clous-là, à ma connaissance, ne se retrouvent plus que devant la Halle Sainte-Claire, où ils cohabitent avec la version plus récente :

Grenoble - Ancien clou rempart romain de Cularo

Si vous venez me suivre en visite à Grenoble, je vous les montrerai... et je vous en raconterai bien plus sur l'histoire de la ville ! ;-)

Mais après le confinement, bien sûr ! Et surtout en fonction des mesures gouvernementales qui seront prises pour le déconfinement, et qui m'autoriseront, ou non, à vous guider...

Voici les dates que j'avais initialement prévues pour vous faire découvrir le coeur historique de Grenoble en 2020 : 


     - Dimanche 26 Avril 2020, à 10h
     - Samedi 30 Mai 2020, à 10h
     - Dimanche 21 Juin 2020, à 10h
     - Samedi 26 Septembre 2020, à 10h
     - Samedi 17 Octobre 2020, à 10h

Visites qu'il sera possible de coupler avec des visites Street-Art l'après midi des mêmes jours, à 15h.

Enfin, si elles peuvent avoir lieu... croisons les doigts ! :)


 

Votre guide de poche, Steve

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

JEUX - Mots Mêlés N°1 : A la montagne...


Adepte des "Mots mêlés" pour m'occuper dans les transports en commun comme les trains qui peuvent, chez moi, être très "chronophages", j'avais décidé il y a quelques années déjà d'en créer quelques-uns "personnalisés" plus ou moins en lien avec les visites guidées que je propose... et de les partager avec vous dans cette rubrique "Jeux", afin que vous aussi, lorsque vous avez un peu de temps à perdre, vous puissiez en profiter pour faire travailler vos méninges et "réviser" vos connaissances après nos visites !

Et en cette période de confinement, il me semble approprié de les ressortir du placard ! 

On commence en douceur avec une première grille sur le thème de la montagne (Grille Facile - 150 lettres/25 mots - Durée 8 à 12 minutes max).

 

Mots mêlés n°1 : A la montagne

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

1 DIMANCHE = 1 DECOUVERTE : Le Jardin Rosa Mir (LYON)


Jardin Rosa Mir

Avec l'arrivée du printemps, les jardins se réveillent... y compris en ville !
Celui que je vous propose de (re)découvrir ce soir se trouve à Lyon, c'est un lieu insolite de la Croix Rousse, qui aurait dû réouvrir ses portes en ce mois d'avril, mais le Covid-19 étant passé par là, il faudra patienter un peu... alors en attendant, suivez moi pour une visite virtuelle !

Jardin Rosa Mir

Jardin Rosa Mir Jardin Rosa MirJardin Rosa Mir

Ce jardin surprenant a été créé par Jules Senis (1913-1983), réfugié de la guerre d'Espagne, et artisan maçon-carreleur. Durant les 20 dernières années de sa vie, il a voulu créer un jardin "extraordinaire", dédié à sa mère Rosa Mir Mercader, ainsi qu'à la Vierge Marie.

Jardin Rosa Mir - La chapelle dédiée à la Vierge Marie

Jardin Rosa Mir - L'autel de la Vierge Marie

Jardin Rosa Mir - Chapelle Vierge Marie Jardin Rosa Mir - Une des allées partant de la chapelle

 

Jardin Rosa Mir - Drôle d'architecture

Cailloux, coquillages et végétation se mêlent pour crééer structures et motifs originaux, vous transportant dans l'univers de l'artiste et, l'espace d'un instant, on oublie totalement qu'on est en plein Lyon !

Jardin Rosa Mir - Cailloux et coquillages

Jardin Rosa Mir - Des motifs originaux

Jardin Rosa Mir - De drôles de structures Jardin Rosa Mir - Empilement de cailloux

Jardin Rosa Mir - Corniche de coquillages

En ressortant, n'oubliez pas de prendre le petit escalier, il mène à une petite plateforme qui permet de voir de haut ce jardin insolite, on voit bien ainsi qu'il n'occupe que le petit espace d'une simple cour intérieure de la Croix Rousse ! Et pourtant, ces quelques mètres carrés concentrent vingt ans de création et de travail !

Jardin Rosa Mir - Vue d'en haut

Jardin Rosa Mir - Vue d'en haut

Jardin Rosa Mir - Vue d'en haut

La taille du jardin conditionne les visites à un maximum de 15 personnes simultanément, ce qui évidemment engendre un peu d'attente... mais cela vaut le coup ! Je n'avais pu faire qu'une visite très rapide en 2018, mais nul doute que j'y reviendrai pour une observation plus approfondie de tous ces décors, qui ont su séduire mes clients tout autant que moi ! 

INFORMATIONS PRATIQUES : 

L'entrée est gratuite, et le jardin est ouvert d'avril à octobre, tous les samedis de 14h à 17h30 ! Evidemment cette année il faudra patienter un peu pour la réouverture...


La ville propose aussi une visite virtuelle en attendant : CLIQUEZ ICI !

C'est
l'Association des amis du Jardin de Rosa Mir, créée du vivant de Jules Senis, qui veille à la sauvegarde de ce lieu magique, situé au 87 Grande Rue de la Croix Rousse :

 

Ayant adoré ce lieu, je me suis dit qu'il ferait un beau billet-découverte... j'espère donc que cette visite virtuelle originale vous aura plu ! 

A très vite pour d'autres découvertes !


Votre guide de poche, Steve.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~