Idées de sortie

C'est bientôt Noël... offrez une visite guidée privée !

Poche speciale noel verte

Tic Tac, Tic Tac.... ça y est, le compte à rebours est lancé, #Noël, c'est dans UN MOIS ! 

Commence alors le casse-tête des #cadeaux n'est-ce pas? Vous êtes en panne d'idées ?

STOOOOP !!!! Oubliez les babioles impersonnelles qui finiront au mieux au fond d'un placard,
au pire à la poubelle ou sur le Bon Coin...!

Pensez immatériel (c'est bon pour la planète !) et original :
votre guide de poche vous propose d'offrir à vos proches un moment privilégié de détente et de découverte
"à partager", pour se retrouver en famille, entre amis, ou même entre collaborateurs !

Parce que Noël c'est avant tout un moment de retrouvaille et de partage, non ?!

Une visite privée, c'est un cadeau "unique", et personnalisable à souhait : une ou plusieurs heures, demi-journée ou journée complète, dégustation... votre guide s'adapte à vos envies !

Sur #Voiron #Grenoble #Vienne #Lyon #Chambéry #Annecy, ou toute autre destination qui vous ferait plaisir... et surtout plaisir à vos proches !

Vous trouverez quelques idées "standard" sur mon site internet,
mais n'hésitez pas à me contacter pour élaborer VOTRE "visite-cadeau".

N'hésitez pas non plus à diffuser l'info autour de vous, des fois que vos amis soient eux aussi en panne d'idées-cadeaux... ! ;-) 

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Exposition "Lumière ! Le cinéma inventé" au Musée des Confluences (LYON)


Comme chaque mercredi, une petite idée de sortie !

Aujourd'hui, je vous propose une exposition à visiter sans plus tarder, puisqu'elle se termine le 25 février prochain : "Lumière ! Le cinéma inventé", au Musée des Confluences à Lyon.

Elle propose de revivre l'aventure de l'invention du cinéma, à travers une scénographie originale. A ne pas manquer, la maquette des usines des Frères Lumières, à Lyon, où ils tournèrent également leur premier film : 

Le Salon indien, où eut lieu la première projection publique en 1895, a été reconstitué, et un mur géant permet la projection en simultanée des 1422 films des Frères Lumière :

L'exposition revient bien sûr sur les prémices du cinéma, avec les lanternes magiques, Polyoramas, Phénakistiscopes, Zootropes et autres Praxinoscopes :

 

Une multitude d'objets et documents complètent l'exposition, pour revivre pleinement l'aventure de l'invention du cinéma !

A voir jusqu'au 25 février 2018 au Musée des Confluences à Lyon... belle visite à tous !

~~~~


Infos pratiques :

Jours et horaires d'ouverture du Musée des Confluences :

  • Mardi, mercredi et vendredi : de 11h à 19h
  • Jeudi : de 11h à 22h
  • Samedi, dimanche et jours feriés : de 10h à 19h

Tarifs : 

  • Adulte plein tarif : 9€
  • Adulte réduit réduit : 6€
  • Tarif pour tous à partir de 17h : 6€
  • Jeune actif 18/25 ans : 5€
  • Enfants -18 ans et étudiants -26 ans : gratuit

Localisation : 

Comme son nom l'indique, le Musée des Confluences est situé à la confluence entre la Saône et le Rhône, les deux cours d'eau qui traversent Lyon... si vous n'êtes pas de la région, voici une petite carte pour organiser votre venue : 

 

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

 

 

Exposition "Les Alpes de Jean de Beins - Des cartes aux paysages (1604-1634)" au Musée de l'Ancien Evêché (GRENOBLE)

Pour ce nouveau billet "idée de sortie" du mercredi, nous quittons Lyon et son exposition "Watching you" au Musée de Fourvière que je vous présentais la semaine dernière, et nous revenons à Grenoble, où nous étions il y a deux semaines pour parler de l'exposition "Daniel Dezeuze. Une rétrospective" au Musée de Grenoble. Aujourd'hui, c'est au Musée de l'Ancien Evêché que je vous propose de vous rendre, pour (re)découvrir l'exposition exceptionnellle "Les Alpes de Jean de Beins. Des cartes aux paysages (1604-1634)" qui s'y tient depuis le 25 octobre 2017.

Pourquoi exceptionnelle ? 
Parce que pour la première fois en France, sont réunies et présentées une soixantaine de cartes du Dauphiné du XVIIème siècle, les premières du genre, partagées essentiellement jusque là entre la British Library à Londres et la Bibliothèque Nationale de France. 


Ces cartes furent réalisées au début du XVIIème siècle par Jean de Beins, ingénieur du Roi Henri IV, qui cherchait alors à mieux connaître la géographie de son royaume, et notamment celle, complexe, du Dauphiné et de ses montagnes où règne alors le lieutenant général de ses armées, un certain... Lesdiguières !

Sous l'autorité de celui-ci, pendant une trentaine d'années, Jean de Beins parcourt l'ensemble du Dauphiné, et multiplie les cartes, les profils, les plans, les vues... pour dresser un portrait extrêment précis, pour l'époque, de cette province frontalière stratégique.

La "Carte et description générale du Dauphiné" réalisée en 1630 est sans doute la plus connue, car elle servit de carte de référence pendant plus d'un siècle et fut maintes fois reproduite et modifiée. C'est une version réduite d'une première carte plus confidentielle réalisée en 1617, et probablement réservée aux militaires.

Il est amusant de retrouver sur cette carte, les villes dans lesquelles je guide : Grenoble, bien sûr, mais aussi "Voyron", "Vorespe"... et finalement déjà un maillage important de petites bourgades qui existent toujours aujourd'hui.


Avant d'établir cette carte générale très détaillée, Jean de Beins a réalisé des portraits de villes, leurs plans... Grenoble semble être la première vue qu'il réalise, en 1604 (vue par l'ouest, avec le Vercors en toile de fond) : 

Mais il passera également aussi à Romans... 

 

... à Valence... 

... et bien d'autres contrées encore !

Il s'est également attelé aux plans de forteresses, comme celle de Baraulx ou celle de Bourg en Bresse :

 

La plupart de ces cartes de Jean de Beins sont regroupées dans un grand recueil, qui contient aussi des cartes de Picardie et de Provence. L'ensemble étant fragile et "non démontable", ce sont ainsi des versions numérisées qui sont présentées sur les murs de l'exposition. Mais le recueil et quelques originales sont également présentées, avec une faible luminosité adaptée à de tels documents : 

A la fin du parcours, d'immenses tablettes tactiles permettent de s'approprier davantage les cartes, on peut toucher, zoomer... et glaner quelques informations complémentaires intéressantes sur chacune des cartes, qui se révèlent être un véritable trésor pour la connaissance de notre région au XVIIème siècle !

 

Bref, je m'arrête là pour ne pas trop vous en montrer non plus, en espérant que cette petite visite "virtuelle" vous aura donné envie d'aller voir d'un peu plus près cet ensemble de cartes exceptionnel, car mes photos de leur rendent pas justice ! Et si ce n'est pas le cas, hop, petit reportage de France 3 qui a fait la promo de l'expo : 

Les horaires du Musée :

     - Lundi, mardi, jeudi, vendredi de 9h à 18h
     - Mercredi de 13h à 18h
     - Samedi, dimanche de 11h à 18h

Il ne me reste plus qu'à ajouter que le tout est GRATUIT, et voilà, vous savez tout ! Vous n'avez plus d'excuse pour ne pas aller y jeter un oeil avant la fin de l'exposition qui sera décrochée le 28 février 2018 ! ;-)

BONNE NOUVELLE, l'exposition est PROLONGEE jusqu'au 21 Mai 2018 !
Les documents originaux ont été retournés à leurs institutions respectives, mais l'ensemble de la galerie numérisée est toujours là, et enrichi de nouveaux documents récoltés durant ces derniers mois, notamment une carte du Briançonnais, prêtée par un collectionneur privé, ainsi qu'un document manuscrit de Jacques Fougeu, grand cartographe français contemporain de Jean de Beins.


A la semaine prochaine pour une nouvelle idée de sortie dans la région !

 


Steve, votre guide de poche !

[MAJ 22/02/2018]
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Exposition "Watching You" au Musée de Fourvière (LYON)


Nous voici mercredi, et le mercredi, c'est une nouvelle idée de sortie qui débarque sur ce blog !

Après l'exposition "Daniel Dezeuze. Une rétrospective" qui se tient au Musée de Grenoble et que je vous présentais la semaine dernière, aujourd'hui direction Lyon, et plus précisément le Musée de Fourvière (à deux pas au sud de la basilique).

Habituellement, le Musée de Fourvière est dédié à l'art religieux, et présente le Trésor de Fourvière (entre autres). Mais les locaux vont bientôt faire l'objet de travaux de réhabilitation assez long, alors avant la fermeture, après avoir été vidés des objets habituellement exposés, les murs ont été mis à disposition pour quelques semaines à un collectif de street-artistes, qui avaient carte blanche pour s'exprimer et habiller ces murs de leurs oeuvres éphémères.




TAORE

 

Au total, ce sont 18 artistes qui sont intervenus, à commencer par les locaux, avec les Lyonnais Birdy Kids (et leurs petits bonhommes rigolos) et Maxime Ivanez (qui s'est inspiré de la colline de Fourvière pour son oeuvre) ou le Stéphanois Rauky :
 

  

 

Des Parisiens aussi se sont illustrés, parmi eux Grems et sa "Babylone", ou Opera et "Le Passage" (une sorte d'échéquier géant) : 




Quelques street-artistes internationaux ont également fait le déplacement pour l'occasion, avec notamment le Péruvien Yandy et ses créatures colorées, ou le Brésilien Odamar Versolatto, qui s'est davantage rapproché de la thématique du lieu avec cette femme en prière, tout comme le Lyonnais M.Foray avec sa vierge sous cloche : 

 

     

 

D'autres artistes sont restés sur la thématique religieuse, l'oeuvre la plus réussie à mes yeux étant celle de l'artiste Brusk, qui détourne de manière originale la naissance du Christ en le remplaçant par... une bombe de peinture ! Une manière habile d'unir le lieu (ancienne chapelle) et le street art !

 

Je m'arrête là avec les photos et les présentations, pour ne pas trop vous en dévoiler et vous laisser quelques surprises lors de votre visite ! Mais si vous êtes curieux vous pouvez consulter l'album facebook complet !

Pour ceux qui voudraient aller jeter un oeil aux oeuvre de plus près, dépêchez-vous, l'exposition se termine le 31 janvier est prolongée jusqu'au 25 février 2018, donc il ne vous reste plus que quelques petites semaines seulement ! 

Pour organiser votre visite, les horaires d'ouverture du Musée de Fourvière : 

  • Du lundi au jeudi : 12h-18h
  • Le vendredi et le samedi : 10h-19h
  • Le dimanche 14h-17h30
  • Fin de l’exposition le 31 janvier 2018 au soir.
  • Entrée gratuite – libre participation aux frais.

Pour seulement 2€/personne, vous pouvez également profiter d'une visite guidée de l'exposition : 

  • Mercredi 17 janvier- 14h30
  • Vendredi 19 janvier à 10h30
  • Mercredi 24 janvier- 14h30
  • Vendredi 26 janvier à 10h30
  • Mercredi 31 janvier- 14h30


A la semaine prochaine pour une nouvelle idée de sortie ! ;-)


Votre guide de poche, Steve


THEO HAGGAI

[MAJ 27/01/2018]
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

Exposition "Daniel Dezeuze. Une rétrospective" au Musée de Grenoble



Pour bien commencer l'année, outre notre petit jeu-concours facebook en cours qui vous permet de gagner une belle journée découverte à Lyon, quoi de mieux qu'une petite idée de sortie !? C'est l'objet du billet du jour, et, résolution 2018, j'essayerai de publier ici tous les mercredis une petite idée de sortie pour vous !

Aujourd'hui, je souhaite vous parler de l'exposition "Daniel Dezeuze. Une rétrospective", présentée au Musée de Grenoble depuis le 28 octobre 2017. Il vous reste jusqu'au 28 janvier 2018 pour la découvrir donc pas de panique vous êtes dans les temps, d'où ce petit billet !

Petit aperçu : 



Autant pour la rétrospective précédente, dédiée à Fantin-Latour, je connaissais un peu le sujet, autant là, je n'avais jamais entendu parler de Daniel Dezeuze... oui honte à moi je sais, mais bon, on ne peut tout connaitre ! ^^
C'est donc dans une découverte totale que je me suis lancé lorsque j'ai visité cette exposition juste avant les fêtes de fin d'année. Nul doute qu'elle ne laisse pas le public indifférent, c'est pourquoi je voulais vous en dire quelques mots ici et en partager avec vous quelques photos !


 

 

Bon déjà, oubliez les tableaux conventionnels. Si au tout début de sa carrière, Daniel Dezeuze en réalise quelques-uns, comme ces Toits d'Aviès (1963), très vite il sort du cadre, change de support, détourne des objets du quotidien... pour cinq décennies de créations aussi variées qu'originales !

     

Je vous avoue que je suis resté perplexe devant certaines oeuvres, me demandant s'il l'on peut vraiment parler d'art/d'oeuvre d'art pour un chassis de fenêtre ou trois skis calés contre un mur, ou encore quelques cordages qu'on tend au sol ? J'ai un doute. Même si, en jouant avec son objectif, on peut rendre cela intéressant. Ou pas.

     

     

Par moment, on se croirait même en pleine brocante, notamment pour Objets de cueillettes et Receptacles (ci dessous), même si en prenant le temps d'observer de plus près, la créativité de l'artiste se dévoile dans ses assemblages loufoques.

D'autres propositions, tout aussi simplistes au premier regard, peuvent malgré tout convaincre davantage, par exemple ces petites bordures de jardin détournées en Echelles doubles originales et colorées : 



Toujours dans la catégorie "objets du jardin détournés", les Peintures sur panneaux extensibles, de simples treillis de jardins qui deviennent sous le pinceau de Daniel Dezeuze des tableaux plus colorés les uns que les autres, ou de beaux chevalets. Cà donne quelques idées pour décorer son jardin !

     

Dans le même esprit, mais un peu plus recherché, j'ai beaucoup aimé les Pavillons, sur le même motif de treillis, mais en polyéthylène cette fois et surtout en jouant davantage avec le volume : 

Et ce sont justement les jeux de l'artiste avec les volumes que j'ai le plus apprécié dans cette exposition, avec notamment Per una salva oscura qui clôt l'exposition (et qui avait été exposée à Chambord), mais aussi Per una salva oscura II et sa constellation de cylindres métalliques offrant de belles perspectives pour les amateurs de photos graphiques, ou le bloc Per una salva oscura III, moins recherché peut être, où l'on retrouve à nouveau les treillis en bois de manière plus compacte ! Une très belle série !

Mon autre coup de coeur dans cette exposition est double : les Blasons, boucliers médiévaux revisités façon compositions artistiques, et les Tableaux-valises, l'une des dernières oeuvres de l'artiste, après plus de 50 ans de création !

     

 

Armes de bric et de broc, dessins naïfs et autres assemblages originaux complètent l'exposition, offrant une très belle rétrospective sur la créativité productive et l'oeuvre immense de Daniel Dezeuze, chacun pouvant y trouver, je pense, quelques belles surprises ! Mais je ne vous en montre pas plus, pour vous laisser le plaisir de découvrir le reste "in-situ", en espérant que cette petite sélection non exhaustive d'oeuvres éclectiques vous aura donné envie d'en voir plus ! (Pour les curieux j'ai mis plus de photos sur facebook)

Vous avez jusqu'au 28 janvier 2018, ne tardez pas trop... !
Pour mieux appréhender les oeuvres, le musée organise des visites guidées de l'exposition les samedis et dimanches, à 14h30 (sauf le premier dimanche du mois), et des médiateurs seront à votre écoute dans l'exposition le 7 Janvier 2018, de 14h30 à 17h30 ! ;-) 

Belle visite !

 



Votre guide de poche, Steve.

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~