IDEES DE VOYAGES - MONDE

Depuis plusieurs années maintenant, je publie des billets-découverte pour vous faire découvrir différents lieux dans notre belle région Rhône-Alpes, pour prolonger la découverte après mes visites guidées

En 2018 j'ai décidé d'innover un peu, et, chaque mois, de partager avec vous ma passion du voyage, en vous faisant découvrir des contrées plus ou moins lointaines que j'ai eu la chance de découvrir moi-même en tant que touristes... j'espère que ces petites visites virtuelles à l'autre bout du monde vous plairont !
 

#IDEESDEVOYAGES-MONDE

 

1 DIMANCHE = 1 DECOUVERTE - Le Jardin botanique de Madère (PORTUGAL)


En ce 1er dimanche de février, gris et bien enneigé (en tout cas dans les terres froides du Nord-Isère !), votre guide de poche est plus que jamais en manque de soleil et de voyageS ! Alors faites vos valises, je vous embarque sur la chaude île de Madère, pour déambuler au fil des allées du jardin botanique installé sur les hauteurs de Funchal.

Madere - Le Jardin botanique

Situé entre 150 et 300 mètres d'altitude, avec vue sur la baie de Funchal, ce site créé en 1960 est grandiose pour qui aime les plantes et la nature : sur plus de 35 000m2 sont présentées plus de 2000 espèces de plantes exotiques, endémiques à Madère ou du reste du monde.

Madère - Jardin botanique vue sur la ville

Madère - Terrasses du jardin botanique

Je vous propose de me suivre au fil de ma déambulation dans ce jardin, en images au fil des photos que j'avais prises en 2015 lors de mon passage là-bas !

Madere - Jardin botanique 1ère allée

Madere - Jardin botanique un peu partout vue sur la baie de Funchal

Madère - Jardin botanique, une multitude de plantes

Madere - Jardin botanique - Jeu de couleurs au fil des variétés

Madere - Jardin botanique - Un peu de couleurs

Madere - Jardin botanique - Des plantes originales et variées

Madere - Jardin botanique - La fleur emblématique de Madère : l'oiseau de paradis

Madere - Jardin botanique - Terrasse

Le cheminement conduit également dans la serre où "naissent" et sont multipliées une partie des plantes qui garnissent ensuite le jardin : 

Madere - Jardin botanique - Multiplication des plantes

Le jardin botanique possède une impressionnante collection de plantes grasses et de cactées qui semblent trouver ici des conditions idéales pour se développer : 

Madere - Jardin botanique - Une superbe collection de plantes grasses

Madere - Jardin botanique - Une impressionnante collection de plantes grasses Madere - Jardin botanique - Une superbe collection de plantes grasses, cactées et palmiers

Madere - Jardin botanique - On poursuit la déambulation au fil des allées plantées

Petit coup d'oeil à droite, la belle terrasse colorée que l'on voit dans toutes les brochures touristiques vendant Madère :

Madere - Jardin botanique - Vue sur la terrasse colorée

En contrebas, vue sur la ronde des cactées :

Madere - Jardin botanique - Vue sur la ronde des cactées

Madere - Jardin botanique - De drôles de plantes Madere - Jardin botanique - De belles allées plantées

Madere - Jardin botanique - Des cactées et des plantes grasses à perte de vue

Madere jardin botanique toujours plus haut Madere - Jardin botanique - Attention çà pique !

S'il y a beaucoup de "géants", les plus petites espèces ont aussi leur place :

Madere - Jardin botanique - Attention çà peut piquer !

Madere - Jardin botanique - Les petites espèces ont aussi leur place !

Un peu plus loin, c'est l'art topiaire qui est à l'honneur ! 

Madere - Jardin botanique - L'art topiaire

Madere - Jardin botanique - Cculptures végétales

Un peu plus loin encore... on retrouve le coin des palmiers, tous plus beaux les uns que les autres ! 

Madere - Jardin botanique - Collection de palmiers

Madere - Jardin botanique - Collection de multiples palmiers

Madere - Jardin botanique - Le coin des palmiers

Outre ces nombreux arbres et plantes, le jardin botanique abrite aussi un petit coin réservé aux animaux... l'occasion d'admirer de près différentes espèces d'oiseaux exotiques :

Madere - Jardin botanique le coin des animaux

Madere - Jardin botanique - Lorius Lory Madere - Jardin botanique - Turaco Hartlaubi

Madere - Jardin botanique - Les perroquets

Si c'est toujours plaisant de pouvoir admirer de si près ces animaux, petit point noir tout de même : déjà pas fan des animaux en captivité, j'étais assez perplexe de voir qu'aucune des cages abritant ces oiseaux ne disposaient de végétation... 

Madere - Jardin botanique - Les cages vides de végétation

... un comble, dans un jardin botanique ! J'espère que depuis leurs conditions se sont améliorées car ça laisse un petit goût amer en fin de visite... 
Petite consolation, la surprise de croiser quelques tortues, aux conditions de vie un peu plus agréables :

Madere - Jardin botanique - Il y a même des tortues

Comptez environ 1h30 à 2h00 pour faire le tour de ce magnifique jardin botanique, un incontournable de la belle île de Madère, qui doit être cependant bien plus fleuris en été, qu'à la fin octobre, comme sur les photos... mais c'était déjà sublime, et j'avoue que j'y retournerai bien là ! Pas vous ? ^^

Madere - Jardin botanique - Terrasse 

Et si vous voulez poursuivre la découverte de Madère, vous pouvez vous replonger dans deux autres billets publiés l'année dernière, le premier où je vous embarquais en randonnée pour découvrir la Pointe de Sao Lourenço à l'extrême Est de l'île, avec ses paysages rocheux magnifiques, mais aussi un second où l'on effectuait en un clic et sans effort, l'ascension du Pico Ruivo, le plus haut sommet de l'île !

En espérant que ces petites escapades virtuelles vous ont plu, je vous donne rendez-vous dimanche prochain pour un nouveau billet-découverte !

 

Votre guide de poche, Steve.

 

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

UN DIMANCHE = 1 DECOUVERTE : Gullfoss, la cascade ou la "chute d'or" (ISLANDE)

 

Nous voilà en 2019 ! 
Et après une fin d'année 2018 avare en billets-découvertes, du fait d'un planning de visites très chargée pour votre guide de poche, promis je prends la résolution cette année d'être un peu plus régulier... ! :P 

Comme l'année dernière, chaque 1er dimanche du mois vous emmenera à l'étranger, et aujourd'hui, départ pour l'Islande, une destination que j'ai beaucoup appréciée et que j'ai déjà eu l'occasion de vous faire découvrir à travers plusieurs sites importants de l'île. Ce soir, c'est Gullfoss, la chute d'or que je veux vous présenter :

Islande Cascade de Gullfoss

Il s'agit en réalité de deux chutes successives, de 11m et 21m, sur la rivière Hvita, dans le sud de l'île.
 

 

De la route, on ne voit rien, si ce n'est le parking, qui attire l'attention au milieu de nulle part. De là part un sentier qui, dans un premier temps, nous donne un aperçu global sur les chutes, puis descend pour se rapprocher au plus près de la rivière.

Islande - Cascade de Gullfoss

Islande cascade de gullfoss 4

Islande cascade de gullfoss 5

Islande cascade de gullfoss 6

Islande - Chute de gullfoss

Comme vous pouvez le voir sur les photos, les bords de la rivière sont encore bien glacés, car en Mai (2015), c'est tout juste la fin de l'hiver en Islande !

Après ces chutes, la rivière poursuit sa route dans des gorges basaltiques qu'on aperçoit un peu : 

Islande cascade de gullfoss 9

D'où vient le nom de Gullfoss / La chute d'or ?!

Il existe plusieurs "versions" pour expliquer l'appellation du lieu.
La première, la plus "terre à terre" et sans doute la plus juste, explique que le nom viendrait des reflets dorés du crépuscule sur l'eau glacée...
 

Islande - Gullfoss coucher de soleil (décembre 2009)



Une autre version dit que le nom viendrait de l'arc en ciel qui apparait souvent au soleil dans la bruine... mais on ne l'a pas vu ! ^^

Et enfin, une troisième version, plus "légendaire", nous dit qu'un riche fermier vivant à proximité, ne supportant pas l'idée que son trésor finisse dans les mains d'un autre à sa mort, aurait jeter son coffre d'or dans la rivière... qui à cet endroit aurait donc pris ce nom, la "chute d'or". C'est mignooooon non ?! 


Un site menacé... et désormais protégé

Quelque chose de moins mignon a failli venir défigurer ce paysage magnifique... une centrale hydroéléctrique ! 
Eh oui, une telle quantité d'eau, une telle puissance, ça attise les convoitises... heureusement, les habitants ont veillé, et s'y sont opposés, notamment une certaine Sigridur Tomasdottir, qui habitait à proximité, et qui fut une des premières à faire "visiter" le site !

Islande - Gllfoss - Sigridur Tomasdottir

Le site est désormais protégé, depuis 1979.

Gullfoss fait parti du "Cercle d'Or", un circuit de trois sites incontournables à voir en Islande, et proposé par absolument toutes les agences de voyages, qui passe également par le Parc de Pinvellir, et l'aire géothermale de Geysir (et ses... geysers !), que je vous présenterai probablement au cours de prochains billets ! ;-)

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

1 DIMANCHE = 1 DECOUVERTE : Randonnée du Pico do Arieiro au Pico Ruivo, à Madère (PORTUGAL)


Le temps passe si vite... nous voici déjà le 1er dimanche de Novembre ! 
Et comme chaque 1er dimanche du mois, un petit billet-découverte pour vous embarquer à l'autre bout du monde, histoire d'échapper à la fraicheur et à la grisaille omniprésente en ce moment.

Aujourd'hui, c'est à Madère que je vous emmène.
Oui, je vous y ai déjà emmené en Mai, pour vous faire découvrir la Pointe de Sao Lourenço, et ses paysages côtiers magnifiques. Mais cette fois-ci, c'est à l'intérieur des terres que je vous emmène, pour faire l'ascension du plus haut sommet de l'île, le Pico Ruivo, qui culmine à 1862m ! 



Bon évidemment on ne part pas de la côte, mais d'un autre haut sommet, le Pico do Arieiro (1817m), 3e montagne de l'île. Déjà de là la vue est plutôt sympa sur les reliefs environnants, et l'océan, comme vous pouvez le voir sur cette petite vidéo (n'oubliez pas d'activer la HD !) :



Et quelques photos :

Madère - Départ du Pico do Arieiro

Madère - Départ de la verada do Pico do Arieiro

Madère - Au départ du Pico do Arieiro

Le début de la randonnée est plutôt tranquille, mais très vite, plusieurs arètes rocheuses s'enchaînent, avant et après le belvédère Ninho da Manta (qui veut dire "nid de la buse"... mais je n'en ai pas vu lors de mon passage il y a maintenant 3 ans !).

Madère - Cordillère montagneuse centrale

Madere - Arète rocheuse après le belvédère Ninho da Manta

A différents endroits, on pourrait avoir le vertige mais le site est vraiment bien aménagé, à tel point qu'on se croirait (presque) dans un (très) grand jardin plutôt qu'en haute montagne. Nous pouvons admirer entre les nuages la vallée de Faja da Nogueria, Sao Roque do Faial et une grande partie de la cordillère montagneuse centrale. Ascensions et descentes abruptes s'enchaînent, toujours avec de superbes vues sur les montagnes environnantes.

Madere - Arète rocheuse vertigineuse

Parfois le sentier, plutôt que de grimper sur un pic, le traverse, grâce à plusieurs tunnels aménagés, certains font plusieurs dizaines de mètres de long. En bon touriste, traversons les dans le noir, puisque nous n'avons pas pris de lampe torche ! Et entre deux tunnels, ne pas oublier d'observer tout autour de soit, la faune locale est parfois toute proche...

Madère - Tunnel du Cap do Gato

Madère - Rencontre avec la faune locale

Madère - Tunnel du Pico das Torres

Pour contourner le Pico das Torres, il faut ensuite enchaîner plusieurs passages à flanc de falaises, et des escaliers... particuliers :

Madère - Passage étroit en bord de falaise  Madère - Escalier métalliqueMadère - Escalier taillé dans la roche

 

Vous êtes fatigués ? Ce n'est pas encore tout à fait terminé !
Il nous faut encore traverser toute une zone étrange où les arbres semblent tous morts...
Madère - Chemin aux arbres morts, ambiance étrange !

Madere - Arbres morts ?

Madère - Et avec un peu de brume... c'est encore plus beau !

Madère - La brume nous rattrape !

Aller courage, encore 500m et... nous voici au sommet du Pico Ruivo, le "toit de Madère", à 1862m d'altitude ! Avec une vue exceptionnelle sur les environs : 

Madère - Vue du sommet du Pico Ruivo

Madère - Vue du sommet du Pico Ruivo

Madère - Vue du sommet du Pico Ruivo

Madère - Vue du sommet du Pico Ruivo

Même à cette haute altitude, les coccinelles semblent se plaire... !

Madère - Coccinelles

Madère - Vue du sommet du Pico Ruivo

Après une petite pause casse-croûte, il est temps de repartir, car la brume remonte et envahit bientôt tout le sentier... au point de terminer, sur le retour, en plein brouillard sur les arètes : l'avantage, pour ceux qui ont le vertige, c'est qu'au moins, ils ne voient plus le vide... ! 

Madère - Retour dans la brume


Et voilà, vous venez d'effectuer un peu moins de 10 kms en quelques secondes, alors qu'il m'aura fallu près de 5h, pour le faire en "live", il y a déjà... 3 ans !
J'espère que cette petite randonnée virtuelle à Madère vous aura plu, et je vous dis à tout bientôt pour d'autres billets-découvertes... plus ou moins lointains !

 


Steve, votre guide de poche !

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~ 

 

1 DIMANCHE = 1 DECOUVERTE - Le village berbère troglodyte de Chénini (TUNISIE)


L'automne est là, la pluie, le froid, la nuit qui tombe avant 20h... ce n'est pas bon pour le moral !

Alors pour le billet découverte de ce dimanche, direction le soleil, dans le désert tunisien, oui rien que çà !

Chénini - Vue panoramique depuis les hauteurs

Cette vue exceptionnelle est celle qu'offre le village berbère de Chénini, perché sur son éperon rocheux, à une vingtaine de kilomètres de Tataoïne :

 

C'est il y a 5 ans, presque jour pour jour, que j'ai découvert ce village, lors de mes premiers pas sur le continent africain. En 2013, le tourisme tunisien souffrait des attentats qui eurent lieu quelques temps plus tôt (ainsi que durant notre séjour !) et d'une certaine instabilité après la "Révolution de Jasmin", donc autant vous dire qu'on était quasiment les seuls touristes à oser s'aventurer si loin dans les terres... et c'est bien dommage, car c'est un pays magnifique, et Chénini tout particulièrement.

De loin, il est difficile d'apercevoir ce village troglodytique, puisqu'il se fond parfaitement dans le décor naturel minéral, à l'exception de sa mosquée toute blanche, qui fut d'ailleurs pendant longtemps un point de repère pour les caravaniers qui passaient par là.

Chénini - Mosquée

Chénini

Chénini sur son éperon rocheux

Sur place, c'est un guide du village, Mansour, qui nous a fait découvrir cet habitat particulier, sur lequel il veille lui et quelques habitants, bien conscient de l'importance historique (et touristique) du lieu !

En le suivant sur les hauteurs, on a pu découvrir d'un peu plus près les maisons, leurs terrasses, que l'on traverse pour rejoindre le sommet...

Chénini - Maison sous bonne garde

Chénini - Maison

Chéninie - Traversée de terrasses

... et à l'arrivée, une vue exceptionnelle sur les environs :

Chénini - Vue panoramique 1

Chénini Vue panoramique 2

Chénini Vue panoramique 3

On se sent presque seuls au monde, face à l'immensité de ces paysages ! De l'autre côté, en contrebas, on distingue bien la cuvette rocheuse autour de laquelle le village s'est installé :

Chénini - La cuvette rocheuse autour de laquelle s'est installé le village

Et d'en bas, c'est comme si le village s'effaçait dans la roche... 

Chénini vu d'en bas on distingue à peine les maisons

Il est déjà temps de quitter ce beau village de Chénini, mais, parce qu'au moment où j'écris je trouve qu'il ne fait vraiment pas chaud ce soir, voici une petite touche de chaleur supplémentaire, avec quelques photos du désert, pas très loin de Chénini, sur la route de l'oasis de Ksar Ghilane que je vous présenterai peut être dans un prochain billet.

Un désert dans lequel on a fait un peu de "hors piste" avec notre super chauffeur Ali, pour immortaliser de sublimes paysages... seuls face à l'immensité, dans ce décor sculpté par la nature... :

Désert entre Chénini et Ksar Ghilane 1

Désert entre Chénini et Ksar Ghilane 2

Désert entre Chénini et Ksar ghilane 3

Désert entre Chénini et Ksar Ghilane 4

Voilà, j'espère que vous vous êtes bien réchauffés à la lecture de ce billet-découverte aux couleurs de la Tunisie, un pays que j'ai adoré découvrir et que j'avais d'ailleurs déjà eu l'occasion de vous présenter au printemps, avec le site original de Chott el Gharsa, le village en carton-pâte de Mos Espa dans Star Wars !

A très vite pour de prochains billets-découverte, ou sur le terrain en visite guidée ! :)


Votre guide de poche, Steve

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

 

1 DIMANCHE = 1 DECOUVERTE - N°67 : La lagune glaciaire de Jökulsarlon, en ISLANDE


Chaque 1er dimanche du mois depuis janvier, je vous embarque pour une excursion virtuelle à l'autre bout du monde, dans un pays que j'ai eu la chance de visiter ces dernières années, que ce soit lors d'accompagnements, ou lors de voyages personnels.

En ce premier dimanche du mois d'août, j'avais initialement prévu de vous embarquer au Sri Lanka, où je vous ai déjà emmené en février (
pour découvrir le Rocher du Lion), mais vu la canicule qui frappe de plein fouet notre région, changement de destination : nous retournons nous rafraîchir en Islande, où je vous ai déjà emmené début Juillet, pour vous rafraîchir déjà, avec la cascade de Skogafoss !

Cascade de Skogafoss

Mais aux grands maux les grands remèdes comme on dit : puisque le thermomètre ne cesse de grimper, j'ai trouvé dans mes souvenirs de voyages encore mieux qu'une cascade pour vous rafraîchir, direction cette fois-ci une lagune glaciaire, celle de Jökulsarlon.

Islande - Lagune glaciaire de Jökulsarlon

Une petite vidéo vous parlera peut être un peu plus... attention, ça "décoiffe" un peu :

Imaginez-vous bien que ce vent que vous entendez est GLACIAL ! Et même avec plusieurs couches de vêtements chauds sur le dos, vous le sentez passer... !

La lagune glaciaire de Jökulsarlon se situe à l'Est de l'île :

 

Comme on peut le voir sur les cartes, elle est issue du glacier Vatnajökull, le plus grand glacier européen ! On ne pourra donc pas trouver mieux pour vous rafraîchir ! :)

Le site de Jökulsarlon est particulièrement connu, c'est un des sites emblématiques de l'Islande, et pour cause : c'est ici que de gros icebergs, détachés du glacier Vatnajökull, commencent à fondre et forment un immense lac, sur lequel ils dérivent : 

Islande - Lagune glaciaire de Jökulsarlon - Icebergs

Islande - Lagune glaciaire de Jökulsarlon - Icebergs à la dérive

Là encore peut être qu'une vidéo sera plus parlante, et vous rafraîchira davantage, au son du vent glacial qui régnait lorsque j'y étais !

Certains blocs s'échouent sur les rives de ce lac, l'occasion de faire quelques photos originales... votre guide de poche ne s'en est pas privé évidemment ! Il faut dire qu'on se sent un peu le "roi du monde" ici, dans l'immensité de ce paysage glacial, avec personne ou presque à l'horizon... !

Islande - Lagune glaciaire de Jökulsarlon - Icebergs échoués

Islande - Lagune glaciaire de Jökulsarlon - Votre guide de poche s'improvisant roi des glaciers (ça se voit que j'ai froid ?!)

(Oui, j'ai froid !).

Il ne faut pas hésiter à se balader le long de la berge du lac, afin de trouver les plus beaux icebergs, ceux qui ont partiellement fondus et pris une forme digne d'une sculpture, ou encore ceux qui ne sont pas blancs, mais plutôt d'un bleu turquoise ou plus foncé ! La météo n'était pas vraiment avec nous, puisque nous n'avons pas eu de soleil sur ce site (on voit sur les photos qu'il éclaire bien le glacier par contre), donc mes photos ne sont pas aussi jolies et époustouflantes que dans les guides touristiques, mais tout de même, nous avons réussi de belles prises !

Islande - Lagune glaciaire de Jökulsarlon - Icebergs (détail)

Islande - Lagune glaciaire de Jökulsarlon - Icebergs bleus

Remarquez que le vent glacial est toujours là !

Pour les blocs qui n'ont pas totalement fondu, ou ceux qui ne se sont pas échoués sur les berges du lac, la dérive continue plus à l'Est. En effet, la côte étant toute proche, un petit passage leur permet de rejoindre l'Océan Atlantique !

A eux la liberté... à moins qu'ils ne soient repoussés par les flots de l'océan et ne viennent s'échouer sur la plage de sable noir juste après l'embouchure, une plage devenue la "plage de diamant", du fait de ces nombreux petits blocs blancs scintillants au soleil sur le sable noir. Même s'ils n'ont pas scintillé lors de notre passage, le spectacle reste remarquable et l'on devine ce que cela doit donner par beau temps :

Islande - Embouchure de la lagune glaciaire de Jökulsarlon

Islande - Plage de diamant de Jökulsarlon

Je terminerai par une dernière petite vidéo, prise juste avant le pont qu'on voit ci-dessus (seule "trace" de la présence humaine...!), au niveau de l'embouchure du lac, là où les icebergs se "stockent" avant de se déverser dans l'Océan Atlantique... en prenant un peu de hauteur on a une vue d'ensemble du lac, de la langue glacière à l'arrière ainsi que le glacier lui même ! L'occasion de prendre quelques dernières bourrasques de vent glacial !



Voilà, je m'arrête là ! J'espère que ce billet-découverte vous aura plu, et qu'il vous aura été rafraîchissant !

Pour ma part je vous dis à très vite sur le terrain pour mes prochaines "vraies" visites qui seront sans doute un peu plus "chaudes", et pour ceux qui resteront au frais chez eux, à bientôt pour d'autres visites virtuelles... ! ;-)

 

Steve VACHET, votre guide de poche !

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~